SWAN ∞ non, je ne suis pas tombé comme un merde. je me suis assis de façon originale.
Origins of Poudlard

Poudlard au temps des fondateurs
 
Genesis RPG  AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  Topsite  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
En décembre, le staff de "Genesis RPG"
vous donne rendez vous sur sa nouvelle création :

ONCE UPON A TIME RPG




Envolez-vous vers le NOUVEAU forum RPG sur "Once Upon a Time".
Embarquement sur le bâteau du capitaine Crochet prévu pour Décembre 2013 !

Et dès à présent, toutes les informations, réservation d'avatars, recrutement...
sur notre page facebook !!


~~~ Le plus important n'est pas combien de temps a duré un forum,
mais le plaisir qu'on a pris à y participer et les amis qu'on s'y est fait !

Depuis Mai 2005 : "Universal Stargate" - "Deathly Hallows RPG" -
"Celebrity Nous les Fans" - "Atlantis Univers" - "Avengers Now" -
"Deathly Hogwarts" - "X Men Reborn"...

Décembre 2013 : "Once Upon a Time". En route vers les 9 ans de
"Genesis RPG" ! ~~~

Partagez | 
 

 SWAN ∞ non, je ne suis pas tombé comme un merde. je me suis assis de façon originale.

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: SWAN ∞ non, je ne suis pas tombé comme un merde. je me suis assis de façon originale.   Dim 30 Sep 2012 - 9:01


SEIZE ANS ☆ LERWICH, SHETLAND ISLANDS ☆ SANG MÊLE ☆ SIXIÈME ANNÉE


Swan-Oz Seamus Whitehorse
FICHE EN COURS


WITH. chris colfer

Ce qui me rend si spécial.
J'suis né(e) à Lerwich il y a seize ans. Je suis venu(e) au monde dans la famille Whitehorse, qui est composé de sangs mêlé. Je suis d'origine anglaise, c'est là que je suis né, passionnant ? Sinon actuellement, je suis étudiant à Poudlard. En dehors de ça, je suis homosexuel mais je l'assume parfaitement, d'ailleurs en ce moment je suis célibataire, ça gène quelqu'un? On m'as souvent dit que j'avais quelques particularités, comme ma tendance à ne pas supporter de mauvais goûts vestimentaires.


Je suis lunatique, pas vous ?
Il est maniaco-dépressif → en effet, Swan est atteint de ce syndrome assez embêtant depuis très peu de temps. C'est à ses quinze ans qu'il découvert sa maladie. Il peut être dans des épisodes maniaques, ou dans des épisodes dépressifs. C'est assez facile de savoir quand il n'est pas dans son état normal, car, étant d'une nature adorable en tant normal, il devient ... bizarre en épisode maniaque -il devient euphorique, surestime ses capacités, n'a plus aucune notion de la réalité, ou des trucs dans le genre. ._. Et donc, en épisode dépressif, c'est tout le contraire. J'imagine qu'il y a pas besoin de vous faire un topo sur ce que c'est qu'une dépression, vous voyez tous, hein ! Bref, n'ayant pas de médicament approprié, il doit faire avec, et subir ses crises. Oh bien sûr, pendant des semaines, des mois, il est tout a fait normal, mais il n'est jamais à l'abris de se réveiller un matin, avec l'envie de construire une fusée pour aller sur Mars, ou alors, de se droguer au sirop contre la toux.
Il est fou de chevaux→ Sa mère et lui habitaient près d'une écurie. Quand Swan ne voulait pas retourner chez sa mère, c'était son voisin qui l'hébergeait. Ce dernier était d'une gentillesse frappante, et il a instauré à Swan l'amour des chevaux. Il lui apprit à monter comme il se doit, et à s'occuper d'un cheval. L'écurie était devenu le refuge de Swan. Il y passait beaucoup de temps. Tout ça fut brisé lorsqu'il apprit qu'il était un sorcier, de par son père. Il partit à Poudlard, et ne revit plus le vieil homme, ni ses chevaux, pour une suite de raisons ...

☆ PÈRE CASTOR, RACONTE NOUS UNE HISTOIRE.


ENFANCE → The creative adult is a child who's survive

Swan se tenait là, devant la porte de sa maison. Il avait peur de l'ouvrir. Son coeur battait à tout rompre. Son regard bleu se baissa vers son pantalon déchiré, et couvert de sang. Son nez lui faisait encore mal. Rien de grave cependant : Un des enfants de son école l'avait poussé dans la cour, et son nez avait frappé brutalement le sol. C'était fou ce que les enfants de six ans pouvaient être cruels entre eux. Swan ne comprenait pas. Les autres enfants, quand ils se faisaient mal, avaient plus l'air de pleurer de douleur que d'appréhension. Et ils oubliaient très vite tout ça. Pour le jeune Swan, cela ne se passait pas comme ça : A partir du moment où il se rendait compte que ses vêtements étaient fichus, une angoisse amère lui serrait douloureusement le coeur. Personne ne semblait s'en soucier. Parce que personne ne s'intéressait à lui. Il était mal vu, à l'école, non seulement par ses camarades mais aussi par ses professeurs. Il vivait dans un quartier de Lerwich assez mal vu, et sa mère était connue comme une alcoolique irresponsable. Les parents se méfiaient de cet enfant qui ne pouvait être qu'une mauvaise fréquentation. Les professeurs le regardaient de haut, comme si il ne serait jamais capable de rien assimiler. Les autres enfants se moquaient de lui, car il était trop différent. En réalité, Swan n'était réellement rien de tout ça. Juste un enfant. Un enfant fragile, innocent, et désespéré, qui avait peur, qui ne comprenait pas, et qui demandait au monde un peu de bonté. Mais ce n'était pas si simple. Il n'avait aucune figure paternelle : Son géniteur les avait quittés, Swan et sa mère, alors que celle ci était encore enceinte. Elle avait fait de son mieux pour rapporter l'argent du pain, tout en s'occupant de son fils. Mais tout s'était compliqué lorsqu'elle avait perdu son emploi : Elle était tombé en dépression, avait sombré dans l'alcool et s'était montré plus que dure avec son jeune fils. Les menaces, les cris, étaient de plus en plus présents. Et à présent, elle en venait aux mains parfois. C'était pour ça qu'en ce jour froid de septembre, le petit châtain était là, devant la porte, ne pouvant pas se résoudre à tourner la poignée, et à affronter le regard dur, haineux, et chargé de déception de sa mère. Il ne pouvait pas. Pourtant, il le fit. Et la porte n'eut même pas le temps de se refermer, que des cris brisés par l'alcool résonnaient dans la maison.

« Bonjour. Je m'appelle Roxanne Whitehorse ... Je suis votre nièce. C'est votre frère, et mon père, qui m'envoie. Nous semblons avoir compris que ... vous avez du mal à vous débrouiller seule. Je suis ici pour vous aider. » « Mon frère ?... Pas eu de nouvelle de lui depuis ... longtemps. Puis, j'ai pas b'soin d'aide. 'Fin, si t'es là, autant qu'tu restes. » Swan jeta un timide coup d'oeil depuis le couloir, tandis que sa mère, saoule, repartait à sa chambre, sans plus d'attention pour son invitée. La jeune femme sembla remarquer le regard du jeune enfant posé sur elle, car elle tourna très vite les yeux vers Swan. Celui ci recula de quelques pas, surpris. Mais elle se contenta de lui sourire. « Salut, tu dois être Swan, c'est ça ? ». Le concerné hocha lentement la tête, comme si il avait peur de se tromper dans la question. Roxy s'approcha un peu de lui, toujours avec ce sourire réconfortant sur le visage. « Je suis Roxanne, mais tu peux m'appeler Roxy. » Swan la regardait avec des yeux ronds. Il ne savait pas quoi dire, et il ne se rappelait même pas de la dernière fois que quelqu'un avait été compatissant, ou même gentil avec lui. Comme le faisait Roxy en ce moment même. « Allons, ne fais pas cette tête ! » Rigola-t-elle gentiment. « Je fais si peur que ça ? » Swan s'empressa d'hocher la tête négativement, comme si il ne voulait certainement pas qu'elle se méprenne. Elle était d'ailleurs vraiment belle : Elle avait de longs cheveux blonds, et des yeux absolument magnifiques : Ils étaient d'une couleur bleus, tellement profonde qu'on pouvait clairement s'y noyer dedans. Il fut tiré de ses pensées par le rire cristallin de la jeune femme. A vue d'oeil, elle devait avoir une vingtaine d'année. Swan se risqua à sourire un peu. Peut être que finalement, il trouverait le moyen de se faire entendre, non ?

ADOLESCENCE → we are forever young !

« ROXY ! Devine quoi ! Roxy ! Hé ! » Criait le jeune garçon de onze ans, tenant à la main une lettre de papier jauni. Il parcourut la petite maison qu'il occupait, avec sa mère et sa cousine, depuis assez longtemps maintenant. Le bois du plancher grinçait sous ses pieds. Il écarta sans plus de précautions les pans du rideau troué qui servait de porte à la petite chambre de Roxy. « Roxy ! Regarde ç... » Il s'arrêta brusquement, le souffle coupé. Il resta immobile pendant un instant, comme si son corps avait été éteint. Puis, tout se ralluma extrêmement vite : Son coeur se mit à battre à lui briser les côtes. Flou. Oui, tout était flou. Affreusement flou. Il ne voyait plus que cette flaque rouge, à ses pieds, et le corps, inerte, de sa cousine. « Roxy ? » Il l'appelait, dans un ultime espoir. L'espoir de la voir ouvrir les yeux. Mais il savait que c'était inutile. Alors qu'il sentait les larmes déborder, ses pensées devirent confuses. Il ne savait pas pourquoi elle avait fait ça. Hier encore, elle venait le réconforter lorsqu'il faisait un cauchemar. Mais à présent, tout est terminé. Elle était étendue là, les yeux encore grands ouverts. La lumière obscure de la mort agonisait encore faiblement au fond de ses iris. Faiblement.

« Tu sais ... Je ... Je ne sais pas si c'est bien de faire ça ... » haleta Swan, alors que les doigts du garçon derrière lui, passaient lentement sur ses côtes. « Qu'importe ce qui est bien ou pas ... » lui répondit il, tout en le poussant, de sorte à ce que Swan soit complètement allongé sur le lit. Il s'enfonça dans les draps moelleux. Son pantalon déchiré devenait réellement trop serré. Les mains expertes du brun qui le dominait entièrement se promenaient sur son dos, dérivant parfois dans ses cheveux, ou descendaient un peu plus bas. C'était en mars, et l'air n'était pas particulièrement chaud, d'ailleurs, Swan avait la chair de poule. Néanmoins, il était impossible de dire si cette réaction était due aux caresses du garçon, ou alors à la température. Les draps avaient une odeur tellement agréable ... D'ailleurs, tout était agréable. Swan ne savait plus très bien comment tout ça était arrivé, ni pourquoi il avait accepté de se laisser faire. Peut être par innocence. Peut être par faiblesse. Peut être par inconscience. Tout ce qu'il savait, c'est que ce garçon avait une totale emprise sur lui. « Non ... Je ... ». Sa voix se brisa. Il ne pouvait pas. Jamais. Il laissa sa tête retomber dans les draps, et se laissa faire. Totalement faire.

« Calme toi, Swan ... Je t'en supplie, arrête de pleurer. Ce n'est pas si grave ... ». Arrêter de pleurer. Il était mignon lui. Bien sûr que Swan aurait voulut arrêter de pleurer, mais il n'y arrivait pas. Bien que le printemps commençait à pointer le bout de son nez, l'air de n'avait pas l'air de vouloir se réchauffer. Aussi, les joues trempées de larmes du jeune garçon commençaient à devenir glacée. Swan releva ses yeux rougis par les larmes, et regarda longuement le bouclé en face de lui. Quinze ans. Ils avaient seulement quinze ans. Et il avait perdu sa virginité de la main de ce même brun, qui se tenait là, à seulement quatorze ans. C'était contre ses principes, d'autant plus qu'il savait que ce garçon ne voulait aucunement s'engager dans une relation durable. Et le comble, c'était que, même si il l'embrassait, de temps en temps, même si il acceptait parfois les mains baladeuses de ce jeune homme, même si il savait qu'il n'était pas indifférent à son charme, Swan ne connaissait même pas son nom. Depuis un an qu'ils se connaissaient, il avait toujours refusé de lui dire comment il s'appelait. A de nombreuses reprises, il avait essayé de le faire avouer, de trouver son prénom parce ses propres moyens. Tout ce qu'il avait récolté, c'était la boude de la part du brun, et le surnom que ses amis lui donnaient tout le temps : Zalamero. Néanmoins, Swan avait toujours refusé de l'appeler comme ça, ne supportant pas la signification de ce prénom. Au fur et à mesure, il avait finit par l'appeler couramment Twist, ou Twister quand Swan devenait plus sérieux. Au départ, ce n'était qu'un surnom qu'il utilisait de temps à autre, plus, il revenait de plus en plus souvent, avant de devenir, aux yeux du châtain, le prénom officiel du bouclé. En temps normal, cette simple pensée aurait fait sourire Swan ... mais depuis quelques jours, sourire était devenu une notion qui lui était inconnue. « "C'est vos idées, et vos humeurs qui sont distordues". C'est ce qu'il a dit, Twister. C'est ce qu'il a dit. En clair, je suis en train de devenir complètement fou. » dit-il d'une voix entrecoupée par les sanglots. Il baissa de nouveau la tête, pleurant encore plus. Il sentit la main de Twist venir caresser ses cheveux, puis descendre sur sa joue. Au lieu de le réconforter, ce geste fit pleurer Swan de plus belle : Twister essayait de le réconforter. Les gestes tendres venant de lui étaient tellement ... rares. « Tout va s'arranger, j'en suis sûr. » Swan se calma un peu, et un silence presque gênant s'installa entre les deux garçons. « Non, rien ne va s'arranger. » Il releva brusquement la tête, et lança un regard pleins de reproches au garçon qui était en face de lui. « C'est toi aussi ! Pourquoi est ce que tu choisis CE moment là pour partir ? Pourquoi est ce que tu t'enfuies quand j'ai le plus besoin de toi ?! ». Twister secoua la tête, mais avant qu'il puisse répondre Swan reprit : « Non, ce n'était qu'un jeu pour toi ! Je n'étais qu'un objet sur lequel tu pouvais occuper tes mains ! C'est ça ?! Maintenant que ça devient plus contraignant pour toi, tu pars, hein ?!Tu ne veux plus me voir, plus recroiser mon chemin ! Tu n'es qu'un ostensible idiot, Twister ! Un manipulateur, un loser, un ... un ... ». Avant qu'il puisse trouver la fin de sa phrase, il croisa le regard noir du bouclé. Et, à ce moment là, Swan eut réellement peur. La main sur sa joue se retira, et Twister se fit encore plus ténébreux qu'il ne l'était déjà. « Je te conseil de faire attention à ta façon de me parler, Whitehorse. Tu sais très bien que ça pourrait te nuire sérieusement. » dit-il, d'une voix chargée de haine. Swan ne répondit rien, trop bouleversé pour parler. Twist ne lui avait jamais parlé de cette façon, ne l'avait jamais appelé par son nom de famille, et encore plus important : Il n'avait jamais osé le menacer de quoi que ce soit. Le brun se leva brusquement, et Swan le regarda faire, avec un regard clairement suppliant. Suppliant, et désolé. Twister tourna les talons, et avant de partir murmura : « C'est dommage que nous devions nous quitter sur cette note, Swan Whitehorse. Tu étais un garçon vraiment bien. »

NOW → you can't change your past, but you can let it go and prepare tomorrow

Est ce que Swan a changé ? Du tout au tout. Depuis sa "rupture" avec Twister -pas réellement une rupture, puis ce qu'ils nous jamais été ensembles-, il n'était plus le même. Il avait gardé ce côté sérieux, et studieux, mais il était devenu bien plus ... cru. Il n'était plus le gentil garçon sage comme une image qui était choqué à la moindre parole quelque peu osée. Au contraire, il était à présent quelqu'un qui n'avait pas peur de faire des remarques, ou des allusions pas très catholiques. Certains disent qu'il espère retrouver un peu de Twister en lui en agissant de la sorte. Mais il dit toujours qu'il a tourné la page. Au fond, c'est un peu vrai. Il a eut d'autres relations après lui, il s'est battu seul, ou presque, contre ses changements d'humeurs. Il avait bien grandi, au fond. De plus, il avait découvert ... enfin, pas découvert. Il le savait depuis quelques années, déjà, mais il avait eut la confirmation qu'il était un sorcier. Dans la foulée, il était entré à Poudlard, et avait intégré la maison Serdaigle. Après tout, c'était le début d'une nouvelle vie, non ?



INTROSPECTION

☆PARENTS : Son père est partit alors que sa mère était enceinte. Cette dernière, à cause de ça, s'est beaucoup laissé allé pendant sa grossesse, et on suppose d'ailleurs que c'est ce qui a causé la maladie de Swan. Elle s'occupa de lui jusqu'à ses trois ans, et ce fut à cet âge là qu'elle commença à être dure envers lui, à le frapper pour la moindre raison. Bref, Swan n'a pas réellement une très haute estime de ses parents.

☆DESCENDANCE : Il n'a aucune descendance connue.

☆FRÈRES & SŒURS : Il est fils unique officiellement.

☆AUTRES : Il a un chat croisé persan/chat de gouttière, nommé Pixie.

MAGIQUEMENT VOTRE

☆ÉPOUVANTARD : Les juments mangeuses d'homme de Diomède. Il avait toujours été effrayé par cette légende grecque.

☆BAGUETTE : Bois de rose, et crin de licorne.

☆ COMPETENCES : Au vu de son enfance, Swan est un très bon cavalier, éthologique, mais aussi sur le cheval. Il a une voix assez spéciale, qui lui permet de chanter très juste naturellement. Il est assez intelligent, ce qui fait de lui un très bon stratège. Il préfère déstabiliser son ennemi avec des mots plutôt que de se battre en corps à corps.



☆ AUTRE COMPTE : aucun cours
☆ PERSONNAGE INVENTÉ OU ISSU DE POSTE VACANT : inventé, baby ! Rowena
☆ COMMENT AVEZ-VU CONNU LE FORUM : par Niallan ! :3
☆ QUESTIONS : aucune !
☆ LE PETIT MOT DE LA FIN : Caro Chloé <= vive les smileys pervers !

MY NAME IS " NASTASIA "



(c). Festina alias Caroline


Dernière édition par Swan-O. S. Whitehorse le Sam 13 Oct 2012 - 16:14, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
SWAN ∞ non, je ne suis pas tombé comme un merde. je me suis assis de façon originale.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je suis tombé pour elle... ♦ [ Candice & Tyler ]
» Aider un humain ... Je ne suis jamais tombé si bas ! [ PV : Eaque ]
» Alors je suis retourné dans ma chambre et je me suis écroulé sur mon lit, en me disant que si les gens étaient de la pluie, j'étais de la bruine et elle, un ouragan.
» Quel pokémon suis-je ?
» J'suis pas bien dans ma tête, maman ☆ Lily

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins of Poudlard :: Les Rouages Rudimentaires :: De vous à nous :: Oubliette des Fiches-
Sauter vers: