Serpentard Mildred
Origins of Poudlard

Poudlard au temps des fondateurs
 
Genesis RPG  AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  Topsite  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
En décembre, le staff de "Genesis RPG"
vous donne rendez vous sur sa nouvelle création :

ONCE UPON A TIME RPG




Envolez-vous vers le NOUVEAU forum RPG sur "Once Upon a Time".
Embarquement sur le bâteau du capitaine Crochet prévu pour Décembre 2013 !

Et dès à présent, toutes les informations, réservation d'avatars, recrutement...
sur notre page facebook !!


~~~ Le plus important n'est pas combien de temps a duré un forum,
mais le plaisir qu'on a pris à y participer et les amis qu'on s'y est fait !

Depuis Mai 2005 : "Universal Stargate" - "Deathly Hallows RPG" -
"Celebrity Nous les Fans" - "Atlantis Univers" - "Avengers Now" -
"Deathly Hogwarts" - "X Men Reborn"...

Décembre 2013 : "Once Upon a Time". En route vers les 9 ans de
"Genesis RPG" ! ~~~

Partagez | 
 

 Serpentard Mildred

Aller en bas 
AuteurMessage
Mildred G. Serpentard
Je suis un Professeur de Poudlard
avatar

☆ Sorcier depuis : 23/09/2012
Féminin ☆ Hiboux : 291

☆ Star : Olivia Wilde

☆ Crédits : Bavboule

MessageSujet: Serpentard Mildred   Mer 13 Mar 2013 - 15:19

Mildred G. Serpentard
INFORMATIONS GÉNÉRALES
Je suis née dans la ville de Caerdydd (Cardiff) il y a 25 ans. Je suis venu(e) au monde dans la famille Flint, qui est composé de sangs purs. Je suis d'origine galloise, c'est là que je suis né. Sinon actuellement, je suis un sorcier étant neutre. En dehors de ça, je suis Intransigeante mais je l'assume parfaitement, d'ailleurs en ce moment je suis Mariée. Ma baguette est en Bois de frêne et contient un crin de licorne. et mon épouvantard ressemble à Un énorme chien enragé.. On m'a souvent dit que j'avais la particularité,de ressembler à Olivia Wilde mais ce n'est pas moi.
FAMILLE & PERSONNALITÉ
• PARENTS : Marius Flint : Ancien marchant de plantes pour potions, mort durant la bataille d'Azkaban.
Hildegarde Flint : N'a plus jamais été la même après la mort d'Alfred et se laisse dépérir depuis la mort de son époux.
• DESCENDANCES : aucune pour le moment
• FRÈRES & SŒURS : Alfred, mon frère aîné, mort à deux semaines de vie seulement pour une raison inconnue.

• QUALITÉS : Rusée, sociable, bien élevée, douce, attentive, attentionnée (mais pas envers tout le monde) Patiente.
• DÉFAUTS : Intransigeante, têtue, réservée, jalouse, possessive, parfois sarcastique et trouve qu'elle a une tendance a rougir bien trop facilement.

• COMPETENCES : J'aime les plantes et je suis une herbologue assez douée. le protocole n'a aucun secret pour moi et je me défend assez bien en métamorphose à mes heures perdues. J'aime la cuisine, mais moins la pâtisserie.
HISTOIRE

C’est en l’an neuf-cent quatre-vingt-cinq, le trois mars, que je vins au monde tout près de la petite ville de Caerdydd, plus communément appelée Cardiff par les gents non natifs du pays de Galles. Je naquis dans la noble famille de sang-pur portant le nom de Flint, trois ans après mon frère ainé que je n’ai jamais eut la chance de connaitre, le pauvre étant mort seulement deux semaines après avoir vu le jour. Sans le savoir, j’étais destinée à rester fille unique, ma mère ne voulant pas reprendre le risque de perdre un autre enfant et ne voulant certainement pas remplacer son fils mort bébé.

Mon enfance fut assez douce et calme, je vivais dans un univers protégé par mes parents, entourée d’attentions et de bonne éducation, pour mon père, être une sang-pur revient à avoir un sang royal. Bien entendu, seul un ignorant ne comprendrait pas que ça n’avait rien à voir, mais il voulait absolument que j’aie une éducation irréprochable, selon lui, c’était encore le meilleur moyen pour faire un bon mariage, plein d’avantages, aussi bien pour mon futur époux que pour ma propre famille.

Dès le plus jeune âge, je me trouvais une passion pour les plantes que vendait mon père afin de pimenter un peu sa vie. Il avait déjà la fortune familiale pour assurer ses vieux jours et ceux de sa femme, mais il n’aimait pas à rester à ne rien faire et se sentir inutile, lui-même grand Herbologue, il décida à l’âge de seize ans tout juste, d’ouvrir une boutique. Au fil des années, la petite boutique qui ne payait pas de mine devint tout de même l’une des plus réputée de l’Angleterre magique. Même certains moldus viennent d’ailleurs faire leurs achats, certains, déséquilibrés, se prenant pour des sorciers et essayant de faire des potions affreusement dégoutante sous le regard et l’oreille amusée de mon père lorsqu’ils lui racontaient leurs illuminations, d’autres pour aromatiser leurs plats sous les conseils du patron de la boutique qui écoutait souvent sa femme lorsqu’il s’agissait de cuisiner car l’art de la cuisine, c’est au près de ma mère que je l’ais appris en premier lieu.

Ma première manifestation de magie ne nous surpris pas plus que ça, à tel point que mes parents eux-mêmes seraient bien incapables de vous dire de quoi il s’agissait exactement. Je grandissait dans un univers presque totalement magique et les formules, les sortilèges, les potions ou bien la métamorphose m’étaient familiers depuis mon âge le plus tendre. Lorsque j’atteignis ma huitième année, le monde magique entendait parler de la nouvelle école de sorcellerie qui était créé et attendait les petits sorciers âgés de onze a dix-sept ans pour leur apprendre l’essentiel de notre monde. Moi, j’étais assez emballée lorsque j’entendais mon père en parler, mais je n’avais pas le droit à la parole, je n’étais qu’une enfant, une fille.

Alors que je n'avais pas bien plus de dix ans, j'appris avec une certaine tristesse la mort de madame Serpentard, la femme d'un des amis de mon père, l'un de ceux qui avaient créé Poudlard et qui y enseignait d'ailleurs. Sa défunte épouse était morte en couche, laissant le bébé seul, sans présence féminine au près de lui. Certes, l'enfant était un garçon, et moi je n'étais encore qu'une petite fille, mais je me proposais pour venir m'occuper de lui et lui offrir la tendresse et la douceur qu'un homme ne pouvait se permettre de donner à un enfant. J'étais déjà assez proche de son fils aîné, qui n'avait que trois ans de moins que moi.

Il fallut bien deux bonnes années pour que ma mère réussisse à convaincre mon père de me laisser étudier au collège afin que je puisse me sociabiliser et surtout faire un meilleur partit à marier plus tard. Elle avait aussi le secret espoir de ne plus me voir aussi souvent et ainsi de pouvoir continuer à pleurer son fils ainé. À l’âge de onze ans, j’entrais donc dans le collège de sorcellerie, c’était en neuf-cent quatre-vingt-seize. Les cours me semblèrent tout de suite fort intéressants, mais je jalousais secrètement les garçons d’avoir le droit aux cours de potion contrairement à nous. La cuisine n’était pas un problème, pas plus que l’Herbologue. L’histoire m’ennuyait, particulièrement celle concernant les moldus et l’arithmancie m’a donné plus de migraines que je ne pourrais les compter. Dès que j'en avais l'occasion, je restais près du petit dernier des Serpentard afin de m'occuper de lui, même si l'âge a fait qu'il ait de moins en moins besoin de moi pour lui apprendre les choses.

J'avais quinze ans lorsque messire Serpentard commença à changer d'attitude à mon égare. Lui qui ne m'avait alors que regardé de loin, le voila qui commençait à vouloir m'adresser la parole et tout doucement, se rapprocher de moi. Je ne sais pas réellement quelles raisons l'ont poussé à s'approcher de ma personne, peut-être parce que j'avais décidé de m'occuper de son fils puisque sa mère ne pouvait pas le faire, je ne sais pas.

J'avais seize ans quand il découvrit que je jalousais les garçons d'avoir des cours de potion alors que je n'en n'avais pas le droit, étant une fille, je me devais simplement de connaitre les plantes qui serviraient aux dites potions. J'étais pourtant tellement curieuse à ce propos, que je ne pouvais m'empêcher de ressentir ce sentiment coupable. Messire Salazar me proposa de m'apprendre l'art délicat des potions dans le secret. Je préférais cela, des cours particuliers dont personne ne semblait se soucier d'ailleurs, peut-être parce qu'il était ami avec mon père, qui sait...

Lorsque j’eus dix-sept ans, le temps pour moi de quitter le collège arriva et mon père se mis en tête de me trouver un mari, une fois encore, sans me laisser dire mon avis dans cette affaire. J’étais tout de même la principale concernée, mais il ne semblait pas voir les choses sous cet angle là. Secrètement, je rêvais de pouvoir épouser un de mes anciens professeurs… Mais ce dernier était veuf et surtout père de trois enfants dont l’ainé avait fait ses classes peu de temps après moi. Comment imaginer qu’un jour mes rêves tantôt coupables ou bien trop idéalistes,inspirés pour la plus part des leçons particulières que je prenais à Poudlard, puissent être réalisés.

Le temps passait et me voyait vieillir seule. Malgré ses efforts et les quelques prétendants, mon père n’arrivait pas à se décider de me donner à l’un ou à l’autre en particulier. Soit il les trouvait incultes, ou bien pas assez nobles. Il refusait d’avance le moindre sang-mêlé et ne voulait pas entendre parler de né moldu et encore moins de moldus. Il ne visait que les sang-pur, mais son choix était restreint également dans cette catégorie car il ne voulait pas d’un homme trop vieux, mettant toutes les chances de son coté pour avoir des petits enfants. Il ne voulait pas d’homme de ses âges également, ne souhaitant pas franchement être regardé de haut par son propre gendre. Une fois même, il a refusé un prétendant à cause de ce qu’il appelait « son charisme inexistant »… A ce rythme là, je désespérais mois après mois d’être mariée un jour et de pouvoir oublier messire Serpentard qui hantait pourtant mes pensées avec ses avances toujours plus assidues bien qu'il reste un véritable gentleman.

Et puis il y a de cela trois ans, je décidais de ne plus attendre sagement chez mes parents le bon vouloir de mon père pour me trouver un mari. Je décidais donc de devenir préceptrice de maintien. C’était sans doute l’une des choses dans lesquelles j’étais plutôt douée et l’on aurait pas confié l’apprentissage de la magie à une jeune pucelle, j’en étais certaine. Les leçons de maintien par contre, me furent ouvertes assez aisément. J’avais déjà quatre élèves et mon père en était plutôt fier, je pouvais ainsi exposer à la vue de certaines personnes, toute la bonne éducation que j’avais reçu… Messire Serpentard restait toujours présent dans ma vie et je commençais tout juste à comprendre qu’il ne faisait pas que s’amuser avec moi mais qu’il désirait que je lui appartienne. Cependant, mon père, toujours dans la quête du gendre idéal et inexistant, ne se rendait même pas comptes des attentions que son ami me portait.

Ca n’est qu’il y a deux ans à peine, en mil-huit, que j’eus le courage de parler des assiduités de messire Serpentard à mon père. Bien entendu, je ne m’en plaignit pas, bien au contraire, et je faisais savoir à mon père que mon cœur appartenait déjà à mon ancien professeur depuis de nombreuses années. Malgré tout, il fut réfractaire… Un jour cependant, quelques semaines à peine après que j’eu révélé mes sentiments à mon père, Salazar réussit à le convaincre de le laisser m’épouser. A l’heure actuelle, je ne sais toujours pas comment il a réussit un tel exploit mais je ne désespère pas un jour de savoir…

Le treize mars de l’an mil-huit, je devint la seconde madame Salazar Serpentard. Ce fut une fête absolument magnifique, mon père n’ayant pas regardé à la dépense et Salazar non plus d’ailleurs. Je ne pense pas que les enfants de mon mari n’aient vu cette union d’un mauvais œil, après tout, nous nous connaissons depuis toujours ou presque. Et puis ça n’est pas comme si nous nous entendions mal. En septembre qui suivit, je prenais la place de professeur à Poudlard pour enseigner l’art du maintien et j’acceptais également d’enseigner l’herboristerie en compagnie de dame Serdaigle.

Ces derniers temps, Salazar semble préoccupé, peu à peu, je le vois changer et les disputes sont fréquentes dans les couloirs du château car j’aime mon époux et j’ai conscience qu’à notre époque ça n’est pas une chose si courante que ça, je serais d’ailleurs prête a tout pour lui, mais je garde malgré tout mon caractère et Salazar a le sien également. Seulement, quand je veux savoir quelque chose, je ne me gêne pas pour le mettre hors de lui et il monte facilement sur ses grands chevaux.
QUI EST DERRIÈRE L'ÉCRAN ?
• PSEUDO Mini-moi
• AUTRE COMPTE : pour le moment, aucun
• PERSONNAGE INVENTÉ OU ISSU DE POSTE VACANT : Poste vacant
• COMMENT AVEZ-VU CONNU LE FORUM : J'ai reçu un mail puis un MP puis je l'ai vu sur Genesis... et euh... J'étais déjà là en fait y a longtemps.
• LE PETIT MOT DE LA FIN : Tremblez pauvres élèves, je serais implacable. Bellatrix


Dernière édition par Mildred G. Serpentard le Mer 13 Mar 2013 - 18:25, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hengist de Woodcroft
Je suis important, je suis le Maître du Jeu
avatar

☆ Sorcier depuis : 08/03/2013
☆ Hiboux : 173


MessageSujet: Re: Serpentard Mildred   Mer 13 Mar 2013 - 15:30

Bienvenue étranger
Les conseillers te souhaitent la bienvenue dans le royaume Magique.
Rappelle-toi, juste qu'il n'y a que cinq groupes disponibles.
Seras-tu un élève de l'école de Sorcellerie Poudlard ?
Un membre de l'Ordre de Merlin ou de la Confrérie des Ombres.
Ou simplement un Sorcier ou un Moldu.

Le destin est devant toi, écris l'histoire de ta lignée.
Un jour, le monde se souviendra de ton nom.

N'oublie pas, voyageur de jeter un petit coup d’œil pour la composition de ta baguette.

Je repasserai assez vite pour te dire dans quel groupe tu te retrouveras.

Papy Pré-Au-Lard.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mildred G. Serpentard
Je suis un Professeur de Poudlard
avatar

☆ Sorcier depuis : 23/09/2012
Féminin ☆ Hiboux : 291

☆ Star : Olivia Wilde

☆ Crédits : Bavboule

MessageSujet: Re: Serpentard Mildred   Mer 13 Mar 2013 - 18:28

Et bien je pense avoir terminé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hengist de Woodcroft
Je suis important, je suis le Maître du Jeu
avatar

☆ Sorcier depuis : 08/03/2013
☆ Hiboux : 173


MessageSujet: Re: Serpentard Mildred   Mer 13 Mar 2013 - 19:04

Poudlard

Les Fondateurs sont heureux de te compter parmi les élèves de l'école de Sorcellerie.
Il te reste malheureusement encore deux trois petites choses à faire.

Comme demander qu'on affiche ton portait à la galerie des portraits. Donnez des informations sur ta lignée et tes aventures. Et jeter un petit coup d’œil dans le Volumen pour connaître les sorts ou autres de notre époque.

Il me semble que nous sommes le premier septembre ... Ne tarde pas trop à te présenter au Château.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mildred G. Serpentard
Je suis un Professeur de Poudlard
avatar

☆ Sorcier depuis : 23/09/2012
Féminin ☆ Hiboux : 291

☆ Star : Olivia Wilde

☆ Crédits : Bavboule

MessageSujet: Re: Serpentard Mildred   Mer 13 Mar 2013 - 19:21

^^Bien que je sois flatée d'un accueil si rapide, je tien à préciser que je suis professeur ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Serpentard Mildred   Mer 13 Mar 2013 - 19:23

Les élèves et les Professeurs ont le même accueillent =)

(C'est surtout qu'on pensait pas trop avoir déjà un des conjoints si rapidement ^^)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Serpentard Mildred   

Revenir en haut Aller en bas
 
Serpentard Mildred
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MATCH n°1 ~ Poufsouffle VS Serpentard
» Match ¤3¤ Serpentard <VS> Poufsouffle
» MATCH #4 - SERPENTARD vs GRYFFONDOR
» Tommy Yugurei serpentard de père en fils [Validée]
» Match #1 - POUFSOUFFLE vs SERPENTARD

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins of Poudlard :: Les Rouages Rudimentaires :: Votre personnage :: Fiches validées-
Sauter vers: