Le commencement [Beatrice A. Black || Tankred Mc Avoy || Durmast Lestrange]
Origins of Poudlard

Poudlard au temps des fondateurs
 
Genesis RPG  AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  Topsite  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
En décembre, le staff de "Genesis RPG"
vous donne rendez vous sur sa nouvelle création :

ONCE UPON A TIME RPG




Envolez-vous vers le NOUVEAU forum RPG sur "Once Upon a Time".
Embarquement sur le bâteau du capitaine Crochet prévu pour Décembre 2013 !

Et dès à présent, toutes les informations, réservation d'avatars, recrutement...
sur notre page facebook !!


~~~ Le plus important n'est pas combien de temps a duré un forum,
mais le plaisir qu'on a pris à y participer et les amis qu'on s'y est fait !

Depuis Mai 2005 : "Universal Stargate" - "Deathly Hallows RPG" -
"Celebrity Nous les Fans" - "Atlantis Univers" - "Avengers Now" -
"Deathly Hogwarts" - "X Men Reborn"...

Décembre 2013 : "Once Upon a Time". En route vers les 9 ans de
"Genesis RPG" ! ~~~

Partagez | 
 

 Le commencement [Beatrice A. Black || Tankred Mc Avoy || Durmast Lestrange]

Aller en bas 
AuteurMessage
Ombre Noire
Je suis le Leader le plus sombre de l'Histoire
avatar

☆ Sorcier depuis : 12/03/2013
☆ Hiboux : 4


MessageSujet: Le commencement [Beatrice A. Black || Tankred Mc Avoy || Durmast Lestrange]   Ven 15 Mar 2013 - 20:57

Le ciel commençait à s'assombrit. Pourtant, en levant les yeux on pouvait apercevoir une forme s'approcher à tout allure de la cime des bois, de la forêt du domaine magique. Une personne habillé de noir des pieds à la tête. Les personnes n'ayant jamais vu la mort en face, ne pouvait apercevoir le sombral sur lequel il était. La personne, car nul ne le connait à part peut être trois personnes, fit descendre sa monture vers un lieu dégagé. Il tira sur les brides pour l'obliger à se rendre dans le cœur du lieu. Ce soir marquerait le début d'un nouvel air. Il devait à tout prit parler à son bras droit. Sa tête pensante, son modèle féminin, même si il ne l'avouerait jamais même sous la torture - chose fort compliqué puisque nul ne savait qui il était, et qu'il ne s'était jamais fait attraper.

L'Ombre Noire, car tel était le nom qu'il s'était donné, sévisait dans le royaume magique depuis le lendemain de la grande bataille d'Azkaban. Il avait reprit la tête de la Confrérie des Ombres suite à la mort de l'ancien leader. Beaucoup de ses sbires pensaient qu'il l'avait lui-même tuer. Il était arrivé un jour lors d'une réunion, habillé comme ce jour, les traitant d'incapable. Il leur avait fait comprendre qu'il n'accepterait plus jamais qu'un de ses membres meurrent comme Ulric Malefoy. Il s'en foutait qu'ils soient des chevaliers ou de simple sorcier. Lui, la seule chose qu'il voulait était obligé Lord Orion Black d'accepter la séparation entre les sorciers et les sans pouvoirs. Et peut être aussi, empêcher que les enfants des sans pouvoirs viennent polluer leur air.

Il arriva enfin à son lieu de rendez-vous, et sourit sous son masque. Son bras droit était là, sur son cheval ailé. Elle l'attendait avec toute la droiture qui convenait à son rang. Il tira sur la bride de sa monture pour qu'il se mette à trotter. Il ne fallait pas qu'ils se fassent repérer si près du but. Il avança au trot jusqu'à elle. Et s'arrêta à sa hauteur. Il aurait pu lui dire un mot gentil, la félicité ou autre. Mais l'Ombre Noire, n'était pas une personne sympathique, loin de là.


"Je ne te félicite pas. J'ai dû m'occuper moi-même de Weasley. Mon ordre était que tu t'en occupes." Il s'arrêta de parler, et tira sur la bride de son sombral pour le faire approcher de la jeune femme. Il lâcha le cuire pour attraper la cape de Lady Black pour l'obliger à le regarder. "Saches que je me suis senti troubler à mon réveil lorsque j'ai vu tout ce sang." Il la relâcha violemment et donna un coup de talon pour avancer. "Ta mission est très clair. M'empêcher de tuer! Tu mériterais que ..." Il s'arrêta pour tendre l'oreille. Rien. Ce n'était que son imagination. Les bruits venant des alentours étaient amplifier sous son masque. Un oiseau prenant son envol à une centaine de mètre d'eux lui paraissait proche. Il reprit d'une voix plus calme. Si on pouvait vraiment dire qu'il était calme. "N'oublie pas! J'ai le pouvoir de te faire souffrir. Imagine si elle savait ce que tu as fait. Te pardonnera-t-elle? Elle voulait tellement le faire elle-même. J'avoue que ça ma arranger que tu le fasses." Il descendit de sa monture et l'attacha à une branche d'un arbre. "On l'a protège encore un peu. Mais elle commence à se douter de quelque chose."

Il caressa le sombral. Le cadeau de celui qui lui avait tout apprit. Qui aurait pu dire que Ulrci Malefoy, major-d’homme de la famille Black était une personne si sombre. Ils se connaissaient depuis longtemps. Et un jour, il l'avait surprit à avoir une conversation qu'il n'aurait pas dû avoir. Et peu de temps après, lui, l'Ombre Noire devenait le disciple de Messire Malefoy. Il sortit de ses pensés et fit volte face vers la femme.

"Si je t'ai convoqué ce soir, ce n'est certainement pas pour discuter du comportement que tu as eu la dernière fois. Mais n'oublie pas qu'elle l'apprendra d'un moment à l'autre. Et qu'il vaut mieux que notre plan fonctionne." Il chercha les mots qui redonnerait courage à Beatrice. "La dernière volonté d'Ulric sera exécuté demain, et pas un autre jour. Puisque nous savons tout les deux que l'ordre se réunit demain à l'aube. Tu partiras après notre entretien réunir les autres. Tu informeras juste Dame Black et c'est tout. Et tu n'oublieras pas de souhaiter une bonne année à ta sœur."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le commencement [Beatrice A. Black || Tankred Mc Avoy || Durmast Lestrange]   Mar 26 Mar 2013 - 12:35

La nuit était déjà tombée depuis quelques heures quand je jetai un coup d’œil par la fenêtre. Assise à mon bureau, je remplissais mes devoirs en écrivant quelques lettres à des personnalités du pays. Même si beaucoup de personnes pensaient que comme toutes femmes je ne travaillais pas, en faite il n’en était rien. Lord Orion Black, mon ainé et … accessoirement, le Seigneur du Monde de la Magie, avait accepté de me confier un travail. C’était un premier pas vers ce que j’espérais comme étant une nouvelle aire pour les femmes. Mais je ne me faisais guère d’illusion … Orion était ainsi avec moi depuis ce fameux jour où j’avais fait un malaise devant lui. Malaise qui avait entrainé la perte de l’enfant que je portais, de ce bâtard que je n’avais jamais désiré.

J’enfilai un pantalon noir et son haut assorti, habits que j’avais piqué à Regulus mais qui n’était pas évident à trouver dans la garde-robe du jeune homme vu son … style très spécial. Attachant une cape sombre sur mes épaules, je relevai mes cheveux en chignon avant de les dissimuler dans la capuche. Ne pas montrer que j’étais une femme, c’était mon besoin pour ce soir, c’était mon besoin comme à chaque fois que je partais en mission pour l’Ombre Noire. Sauf que ce soir, j’avais justement une rencontre avec cette personne et je ne devais pas la faire trop attendre …

Sortant de mes appartements, je traversai les couloirs comme une ombre, rejoignant rapidement les écuries. Ces dernières étaient séparées en deux parties dont une n’était pas accessible aux moldus. C’est dans cette dernière que je me rendis pour retrouver Rubis. C’était un cheval pour le moins particulier, un cheval ailé originaire de l’Est de l’Angleterre. On appelait sa race des Ethonan. Le mien était un animal doux et docile, du moins avec moi. Peu de personne pouvait l’approcher sans se prendre un regard sombre, si ce n’est même un risque de ruade.

Montant depuis ma plus tendre enfance, je n’avais pas besoin de selle et grimpa sur l’animal avant de le diriger vers la sortie des écuries. A peine dehors, Rubis déploya ses ailes et décolla. La sensation de voler était si agréable et me donnais un sacré sentiment de liberté. Je souris doucement à cette simple pensée. La liberté … Ce n’était pas ce qu’avaient les femmes, c’était limite si elles n’étaient pas traités comme des servantes ou des femmes-objets. Mais moi ce n’était pas mon genre. Surement pour ça que j’avais rejoints les rangs de la Confrérie des Ombres …

Rubis savait où nous allions, c’était devenu le point de rendez-vous entre moi et le leader. Ce dernier m’avait surpris quand il avait fait de moi son bras droit. Moi, une simple femme, une personne du « sexe faible », j’avais pris une sacré importance avec cette marque de confiance. Bien évidemment il était le seul à savoir que j’étais une femme et c’était aussi bien ainsi, ça permettait que je ne sois pas soupçonnée, que je sois toujours Beatrix Black, sœur du seigneur et dame à la cour du roi d’Angleterre. Rien de mieux comme alibi !

J’étais sur les lieux depuis à peine quelques minutes quand je sentis, plus que je ne vis, la présence de l’Ombre Noire. Son sombral venait d’atterrir pas très loin de moi et arrivait tranquillement en trottant. J’avais … disons la chance, de pouvoir voir l’animal, ce qui n’était pas le cas de tout le monde. Silencieuse, j’attendais que l’Ombre parle la première, c’était le chef et c’était donc logique de me taire et de ne parler que quand il me l’autorisait.

Je ne te félicite pas. J'ai dû m'occuper moi-même de Weasley. Mon ordre était que tu t'en occupes.

Ah bah oui c’était son ordre ! Mais je ne pouvais pas risquer ma couverture pour ses beaux yeux quand même ! Et ce jour-là, j’avais un entretien avec Orion. Si jamais je n’avais pas été présente, Merlin seul sait ce qu’il aurait pu penser. Prendre des risque ok mais il y avait des limites quand même !

Saches que je me suis senti troubler à mon réveil lorsque j'ai vu tout ce sang.

L’Ombre m’avait attrapé par la cape pour m’obliger à la regarder. Les yeux qui je voyais à travers le masque était empli de fureur, de violence mais aussi de mépris. Elle n’avait pas appréciée de se salir les mains mais malheureusement je ne pouvais pas être à deux endroits à la fois …

Ta mission est très claire. M'empêcher de tuer! Tu mériterais que ...

Je ne répondis rien mais fit comme lui, écoutant avec attention les alentours. Il ne fallait pas qu’on nous remarque, pas qu’on me reconnaisse sinon j’en étais fini. Heureusement, j’avais mon masque dans ma cape, prêt à être mis au cas où …

N'oublie pas! J'ai le pouvoir de te faire souffrir. Imagine si elle savait ce que tu as fait. Te pardonnera-t-elle? Elle voulait tellement le faire elle-même. J'avoue que ça ma arranger que tu le fasses.

Je serrai les dents quand l’Ombre parla de ce que j’avais fait … Oui j’avais tué mon propre père mais j’avais mes raisons. Raisons que tout le monde ignorait, j’avais gardé ça secret depuis le début et je ne comptais pas en parler à quelqu’un. D’où l’Ombre le savait-elle ? Je n’en avais aucune idée mais je n’allais surement pas lui poser la question, je n’étais pas suicidaire …

On l'a protège encore un peu. Mais elle commence à se douter de quelque chose.

Descendant de mon cheval, je l’attachai à mon tour à un arbre avant de me retourner vers l’Ombre, attendant ses ordres et surtout la raison de cette convocation. Il était risquer de se voir mais indispensables pour pouvoir préparer les missions. Je réprimai un sourire à l’idée qu’elle me parle d’une mission à faire, j’avais envie de bouger, je commençais à m’ennuyer et tout le monde savait que s’ennuyer n’avait rien de bon, après on faisait n’importe quoi. Comme … torturer des moldus par exemple …

Si je t'ai convoqué ce soir, ce n'est certainement pas pour discuter du comportement que tu as eu la dernière fois. Mais n'oublie pas qu'elle l'apprendra d'un moment à l'autre. Et qu'il vaut mieux que notre plan fonctionne.

Hochant la tête doucement, je priai pour que la personne concernée ne l’apprenne que le plus tard possible, parce que je n’étais pas sûre qu’elle me pardonne ma … trahison, le fait que je ne lui ais pas tout dit, que je lui ais cachée une chose aussi importante …

La dernière volonté d'Ulric sera exécuté demain, et pas un autre jour. Puisque nous savons tout les deux que l'ordre se réunit demain à l'aube. Tu partiras après notre entretien réunir les autres. Tu informeras juste Dame Black et c'est tout. Et tu n'oublieras pas de souhaiter une bonne année à ta sœur.

Oh oui ! Enfin ! La mission tant attendue allait commencer ! J’en connaissais quelques uns qui allaient être content de pouvoir bouger un peu, moi la première ! M’inclinant avec respect, j’osai enfin prendre la parole.

Il en sera fait selon vos désirs, Maître.

Mission … Mission … Mon cœur s’était accéléré alors qu’une montée d’adrénaline envahissait mon corps petit à petit. J’étais si pressée de passer à l’action, que j’aurais pu, si je ne m’étais pas retenue, grimper immédiatement sur mon cheval et repartir au galop.

Je passerais voir Dame Black et ma sœur avant de me mettre en route. Et tout le monde sera prêt et à son poste pour l’aube, maître … Vous avez d’autres consignes que celles que nous avions évoquées lors de notre dernière entrevue ?

Il ne fallait rien laisser passer. Je voulais être prête et sur de moi avant de partir, avoir toutes les cartes en mains pour réussir parfaitement notre coup et pour ça il fallait que je sois sûre des désirs de l’Ombre. Je n’avais pas envie qu’elle me reproche quelque chose par la suite, je tenais à ma vie …
Revenir en haut Aller en bas
Tankred Mc Avoy
Je défends une cause juste, je suis un Ecuyer
avatar

☆ Sorcier depuis : 15/03/2013
☞ Age : 32
☆ Hiboux : 84

☆ Star : Chris Wolstenholme

☆ DC/ TC : néant

MessageSujet: Re: Le commencement [Beatrice A. Black || Tankred Mc Avoy || Durmast Lestrange]   Dim 31 Mar 2013 - 20:48

La nuit était tombée bien vite sur le domaine Black et Tankred restait de sortie pour ce soir. Depuis quelques jours il traquait une bête qui commettait de nombreux ravages dans le bétail des éleveurs voisins mais aussi dans le gibier qui vit dans ces bois.
Cette bestiole est maline et à chaque fois que le garde-chasse s'en rapproche, elle sème une nouvelle piste pour se carapater ailleurs. Tankred est cependant quelqu'un de tenace, il ne se décourage pas si facilement d'autant plus qu'être au grand air ainsi pendant des jours lui plait assez, solitaire comme il est.

Son père lui était venu en aide à plusieurs reprise mais la proie semble être assez intelligente pour brouiller les sens olfactifs des limiers du Lord Black, n'hésitant pas à passer a travers les rivières pour masquer la piste et rendre chèvre ses poursuivants.
La fôret est son domaine, il l'a connait dans ses moindres recoins et découvrant de nouveaux endroits qui se forme au gré du temps et des saisons. Voilà presque trente ans qu'il arpente ces lieux, déja tout petit avec son père, ses cris de joies raisonnaient contre les tronc d'arbres centenaires. Le Garde-Chasse aimait cet endroit pour sa quiétude et son absence de présence humaine qui viendrait ternir des lieux enchanteurs et vierges. Plus si vierges que ça depuis quelques jours visiblement car c'est des cadavres éventrés de cerf, de daim mais aussi de sanglier qu'il retrouve au gré de ses marches sous la canopée humide. Au loin, il n'est pas rare d'entendre un de ces éleveurs hurler son désarroi et sa colère devant les ravages fait à son cheptel. Les soupçons du jeune garde dans la force de l'âge se tournerait vers un de ces loups géants qui parcourent les plaines si il se base sur les morsures et les blessures. Mais que ferait une bête fauve si prés des habitations et surtout dans cette saison? il devait en avoir le cœur net.

L'arc à la main, une flèche déjà encochée, il marche à pas feutré, silencieux comme une ombre et à l'écoute des nombreux bruits nocturne. De ci de là, il distingue le vol silencieux d'une chouette effraie qui a repérer sa proie du moment, des petits pas sur le sol encore humide et tapissé des restes de feuilles tombées à la saison dernière. Les renards furètent un peu partout pour trouver leur pitance avant de s'enfuir devant l'arrivée de l'humain. Cependant ce n'est pas le bruit des animaux qui l'interpelle, l'oreille exercée de Tankred semble distinguer quelque chose de bien plus audible...compréhensible...des voix?

Le Garde-chasse fait alors abstraction du reste, maugréant dans sa tête et maudissant ces fichus braconniers qui n'ont pas encore compris que chasser sur les terres des Black va leur valoir de sacrés ennuis.
Dans le silence et la discrétion, notre homme vient s'adosser au tronc d'un vieux chêne, la mine sombre. Les paroles lui parviennent distinctement à ses oreilles, qu'est ce donc que ceci? il sentait une certaine colère dans la voix du premier interlocuteur et de la crainte puis de l'impatience dans la seconde. Ça sentait le complot à tout casser, si il pouvait discerner les protagonistes, ça n'en serait que mieux mais il ne pouvait se risquer d'attirer l'attention, pas maintenant, pas encore.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Durmast Lestrange
Je fais partie des meilleurs, je suis un Chevalier du Cercle
avatar

☆ Sorcier depuis : 19/08/2012
Masculin ☞ Age : 28
☆ Hiboux : 346

☆ Star : Kit Harington

☆ DC/ TC : Helga Poufsouffle | Angel Weasley
☆ Crédits : bazzart

MessageSujet: Re: Le commencement [Beatrice A. Black || Tankred Mc Avoy || Durmast Lestrange]   Mar 2 Avr 2013 - 20:27

Marchant seul sur les remparts du château, Lord Lestrange effectuait son tour de ronde quotidien, une petite balade qui était devenu monotone maintenant, surtout depuis qu’il avait intégré le Cercle des Douze, ses rondes s’étaient transformé petit à petit en un chant de baissement de tête des hommes qu’il croisait ou encore de « sir » et « my Lord » Au début il était extrêmement gêné, disant à ses subordonnés de le traiter comme l’un des leurs et non comme un supérieur, mais Lord Hadhès Peverell lui avait interdit d’agir ainsi, il était jeune donc s’il laissait trop de liberté à ses soldats, ils ne le respecteront plus, il devait se montrer juste, mais montrer qu’il avait mérité sa place et ce n’était pas en agissant ainsi qui allait y arriver. Il faisait donc attention à son attitude envers les soldats qu’il croisait, c’était tout un art de devenir chef d’un bataillon surtout à son âge, il n’avait pas encore eux l’occasion de le diriger durant une bataille, mais il avait fait connaissance avec ses soldats et certains avaient encore dû mal à avaler qu’un peu jeune à peine sortit des culottes de sa mère soit leur chef, c’était leur égaux et Durmast le comprenait, il allait donc devoir jouer avec cela, il allait devoir faire ses preuves. Malgré son rang, son grade au sein de l’armée royale, tant qu’il n’aura pas fait ses preuves personne ne le respectera et le considéra comme un chef. Ce n’était pas sa sortie héroïque durant la bataille d’Azkaban qui allait lui permettre d’avoir la confiance totale de ses hommes, la plus part d’entre eux avaient vu bien plus d’amis tombaient au combat que le jeune chevalier n’en verrait durant toute sa vie, sa bravoure avait été salué, mais ce n’était que le début d’une longue montée pour arriver enfin au sommet et obtenir le respect de ses paires. Et Durmast était près à gravir cette montagne peu importe le temps qu’il lui faudra, il le fera.

Ayant terminé sa ronde sur les remparts, il décida d’aller faire un tour dans la forêt qui se trouvait aux alentours du château. Baguette en main gauche et main droit sur la poignée de son épée, il marchait silencieusement dans l’obscurité presque totale, la lumière de la lune traversait de temps en temps l’épais manteau de feuilles et de branches qu’offert la forêt, mais ce n’était un grande difficulté pour le jeune chevalier qui s’était habitué à marcher dans la nuit presque sombre depuis quelque année déjà, ses yeux avaient appris à s’habituer rapidement avec les temps.

Marchant d’un pas plutôt lent, quelque chose l’interpella soudainement. Il s’arrêta afin de mieux observer et aperçu à environ deux mètres un des nombreux chasseurs à la solde du royaume qui coller à un arbre, arc dehors et armé. Aussitôt Durmast sortit délicatement son épée de son fourreau et marchant discrètement en se baissant légèrement, il s’adossa à l’arbre qui se trouvait juste en face de celui du chasseur, celui-ci avait remarqué la présence du jeune homme d’ailleurs, aussitôt Durmast mit son doigts sur sa bouche pour le prévenir de ne pas faire de bruit et il sortit doucement la tête de sa cachette durant quelque seconde afin de voir ce qui inquiétait l’homme à l’arc. Une fois que s’était fait, se remit aussitôt à sa place posant son regard dans celui de son frère d’arme. Deux silhouettes encapuchonnés en pleine nuit dans la forêt du sir Black, cela sentait vraiment mauvais, très mauvais et l’homme l’avait compris. Serrant le manche de son épée et sa baguette, Durmast tendit l’oreille afin d’écouter une possible conversation et restant sur ses gardes afin d’intervenir si l’occasion se présentait. Deux contre deux, les duels étaient égales, s’il n’y avait pas d’autres protagonistes cacher dans les sous-bois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ombre Noire
Je suis le Leader le plus sombre de l'Histoire
avatar

☆ Sorcier depuis : 12/03/2013
☆ Hiboux : 4


MessageSujet: Re: Le commencement [Beatrice A. Black || Tankred Mc Avoy || Durmast Lestrange]   Ven 5 Avr 2013 - 19:57



Il en sera fait selon vos désirs, Maître.

Si les yeux de Beatrix aviaent pu danser , ils l'auraient fait, ce ce que pensait à cet instant l'Ombre lorsqu'il sentit l'excitation de son bras droit. Bien entendu qu'elle fera selon son désir. Il était quand même le chef, il avait prouvé à plusieurs reprises qu'il pouvait être le plus cruel de tous. Son masque sur son visage personne n'aurait pu voir le sourire qu'il abordait fièrement.

Il porta sa main à sa tête, la migraine se réveillait. Ca veut dire qu'il ne lui restait plus beaucoup de temps avant que... Il s'avança vers son sombral sans jeter un regard à la jeune femme. Elle en avait l'habitude, et devait comprendre ce qui se passait chez son maître. Il détacha l'animal et monta dessus.


"Le village est Tintagel. Il me semble qu'il y a une foire demain. Pas de survivant du côter des sangs pouvoirs. Mais faites attentions envers les sorciers qui se trouveront certainement par là. Il y a les femmes de mes sbires. Il ne faut que rien ne leur arrive sous peine d'une rebellion de mes rangs, et je ne permettrais pas ça. As-tu comprit?"

Il donna un coup de talon à sa monture, pour que celui-ci commence à trotter vers un lieu où le ciel était dégagé pour qu'il puisse reprendre son envol sans problème. Le Sombral claqua quelques pas sur le sol. Ca devait être une scène d'horreur pour les personnes qui n'avaient jamais vu la mort en face. Une pesonne de noir vêtu des pieds à la tête, avec un masque sur son visage, assit sur une chose invisible. Il représentait la mort comme les chrétiens de l'époque se l'imaginait. N'avait-il pas été appellé le diable il y a de cela une semaine par le sans pouvoir qu'il avait tué de sang froid après lui avait prit du sang pour ses expériences?

L'Ombre Noire, tira sur la bride de l'animal pour l'obliger à se retourner et pour qu'il puisse donner ses dernières recommandations avant de partir. Son mal de tête était de plus en plus présent. Il risquait de ...

" Et surtout n'oublit pas, ne touche pas au Lord et à ton fiancé. Par contre, si vous arrivez à attraper Sire Lestrange, j'en connais qui seront aux anges, si je peux utiliser cette expression." Et il partit dans un grand éclat de rire. Aux anges? Madame Black sera plus qu'aux anges qu'on est réussi à attraper son frère ainé. "Et si le jeune Malefoy se trouve avec ceux de l'ordre, il est à épargnié. Je ne compte pas qu'elle devienne folle. Je compte sur toi! Fais encore un seul faux pas, et tu risques de te retrouver sur la corde r...aie."

Il lâcha la bride pour se tenir la tête entre ses mains. Un regard panniqué autours de lui, il lui semblait avoir entendu du bruit un peu plus loin. Il lança un regard de pannique à la Black en face de lui. Hocha la tête avant de donner un coup de talon sur les flancs du sombral pour l'obliger à retourner vers la plaine. De là, il se retourna une dernière fois, et parla d'une voix faibles.

"Je te donnerai le reste des instructions par lettre dès que tu sais quoi."

Un nouveau coup de talon, et l'animal partit au galop pour se propulser dans les airs. L'Ombre Noire regarda vers le sol, et vu la silhouette de Beatrix ressembler à un point avant de disparaitre dans le bois.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le commencement [Beatrice A. Black || Tankred Mc Avoy || Durmast Lestrange]   Lun 8 Avr 2013 - 13:22

Quand l’ombre noire se détourna de moi pour rejoindre son sombral, je compris immédiatement que la séance arrivait à sa fin. Qu’il se tienne la tête n’était pas bon signe aussi. Mais j’en avais l’habitude … les rencontres étaient toujours courtes et rapides mais extrêmement prolifiques. Je faisais donc mon possible pour satisfaire les désirs du maitre et préparer toutes les questions pour les lui poser rapidement et de manière efficace.

Le village est Tintagel. Il me semble qu'il y a une foire demain. Pas de survivant du côté des sangs pouvoirs. Mais faites attentions envers les sorciers qui se trouveront certainement par là. Il y a les femmes de mes sbires. Il ne faut que rien ne leur arrive sous peine d'une rébellion de mes rangs, et je ne permettrais pas ça. As-tu comprit?

Je fus surprise du lieu choisi mais ne le montra pas. Ce village accueillait tous les ans, la célèbre foire aux porcs. C’était audacieux de s’attaquer à un tel lieu qui serait empli de monde mais c’était aussi une façon de vraiment montrer que la Confrérie existait belle et bien et qu’elle était active et organisée.

Hochant la tête doucement, je regardais mon maitre qui grimpait sur sa monture. Le sombral était un bel animal que peu de monde pouvait se permettre de voir, à moins d’avoir vu la mort en face. C’était mon cas lors du meurtre de mon père mais aussi de quelques autres missions qui m’avaient permises d’accéder au rang où j’étais désormais. Bras droit de l’Ombre … Quand ce dernier n’était pas là, c’était moi la chef, moi qui donnait les ordres, moi qui me faisais obéir … Mais je savais où était mes limites, je savais pertinemment que l’Ombre était plus forte que moi, qu’elle avait le pouvoir de vie ou de mort sur moi et que je ne devais pas la décevoir. Difficile ? Non pas du tout, j’avais le même mode de fonctionnement, à croire que j’aurais pu être l’Ombre moi-même …

Et surtout n'oublie pas, ne touche pas au Lord et à ton fiancé. Par contre, si vous arrivez à attraper Sire Lestrange, j'en connais qui seront aux anges, si je peux utiliser cette expression.

Les consignes étaient claires et je les suivrais sans problème. Mon frère … Même s’il n’était pas du même côté que moi, jamais je ne le tuerais de cette façon, non il y avait d’autres façons de faire souffrir quelqu’un plutôt que de le tuer et j’étais quasi sûre que l’Ombre avait déjà des projets pour lui. Quant à mon fiancé … J’avais toujours été claire sur les sentiments que j’éprouvais pour lui. Je l’aimais … Difficile de croire cela alors qu’il était prêt à abattre toute personne faisant partie de la Confrérie mais s’il savait pour moi …

Et si le jeune Malefoy se trouve avec ceux de l'ordre, il est à épargner. Je ne compte pas qu'elle devienne folle. Je compte sur toi! Fais encore un seul faux pas, et tu risques de te retrouver sur la corde r...aie.

Lestrange et Malefoy … Deux autres personnes importantes … La première, je crois que je me ferais un plaisir de la capturer moi-même et le deuxième … Etait jeune et n’avait pas encore le rang qu’il devrait avoir. On le surveillait pour pouvoir mieux l’aider à atteindre sa place, il aura besoin de soutien à un moment ou un autre et la Confrérie sera là pour lui …

L’Ombre se prit la tête une nouvelle fois avant de regarder autour de lui. Moi aussi j’avais entendu un bruit et ma main était venue d’instinct se poser sur ma baguette. J’étais là en tant que membre de la confrérie et j’utilisais beaucoup plus ma baguette que quand j’étais simplement Lady Black. Là je jouais de la dague comme de rien, voir même de l’épée de temps en temps, c’était plus amusant.

Je te donnerai le reste des instructions par lettre dès que tu sais quoi.

Regardant mon maitre qui s’éloignait au galop sur sa monture, je me rapprochai de la mienne et détacha sa bride. L’Ombre venait de disparaître dans le ciel et c’était à mon tour de partir. Je devais rejoindre le palais sans attirer l’attention, sans qu’on sache que j’étais sortie. Mais ça j’avais l’habitude …

Enfourchant ma monture à la façon d’un homme, je talonnai Rubis pour qu’il s’éloigne des arbres. Là il déploya ses ailes et décolla pour rejoindre le ciel sombre et noir qui allait me cacher à la vue des possibles personnes qui nous épiaient. Il ne fallait pas être stupide mais si l’Ombre et moi-même avons été aux aguets, c’était qu’il y avait une raison précise … Mais ce n’était pas grave, demain, une nouvelle page de l’histoire allait se tourner, demain les sorciers se montreront beaucoup plus présents et menaçant que jusqu’à présent, mais surtout demain, la Confrérie des Ombres allait se montrer au grand jour …
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le commencement [Beatrice A. Black || Tankred Mc Avoy || Durmast Lestrange]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le commencement [Beatrice A. Black || Tankred Mc Avoy || Durmast Lestrange]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Black immigrants see personal triumphs in Obama
» contenue de la boite :Battle for Black Reach.
» Petit travail au black
» Black Hole RPG
» Black Lagoon Roberta's Blood Trail

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins of Poudlard :: L'aventure continue :: Les Aventures continues-
Sauter vers: