Keith Applewood
Origins of Poudlard

Poudlard au temps des fondateurs
 
Genesis RPG  AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  Topsite  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
En décembre, le staff de "Genesis RPG"
vous donne rendez vous sur sa nouvelle création :

ONCE UPON A TIME RPG




Envolez-vous vers le NOUVEAU forum RPG sur "Once Upon a Time".
Embarquement sur le bâteau du capitaine Crochet prévu pour Décembre 2013 !

Et dès à présent, toutes les informations, réservation d'avatars, recrutement...
sur notre page facebook !!


~~~ Le plus important n'est pas combien de temps a duré un forum,
mais le plaisir qu'on a pris à y participer et les amis qu'on s'y est fait !

Depuis Mai 2005 : "Universal Stargate" - "Deathly Hallows RPG" -
"Celebrity Nous les Fans" - "Atlantis Univers" - "Avengers Now" -
"Deathly Hogwarts" - "X Men Reborn"...

Décembre 2013 : "Once Upon a Time". En route vers les 9 ans de
"Genesis RPG" ! ~~~

Partagez | 
 

 Keith Applewood

Aller en bas 
AuteurMessage
Durmast Lestrange
Je fais partie des meilleurs, je suis un Chevalier du Cercle
avatar

☆ Sorcier depuis : 19/08/2012
Masculin ☞ Age : 28
☆ Hiboux : 346

☆ Star : Kit Harington

☆ DC/ TC : Helga Poufsouffle | Angel Weasley
☆ Crédits : bazzart

MessageSujet: Keith Applewood   Dim 19 Aoû 2012 - 17:02







Keith Mathias Ethan Applewood
Give me a minute, I'm brilliant, give me an hour I am great, give me a day I am unbeatable.
SURNOMSK' - Mat'
DATE DE NAISSANCE17 avril 1487 - seize ans
LIEU DE NAISSANCEGlasgow, Ecosse
PROFESSIONJe suis élève à Poudlard.
PARTICULARITÉAucune.
.

INTROSPECTION


PARENTS : Mathias Logan Applewood et Susan Lys Applewood.
Mon père est un sang pur, il travaille en tant que médicomage à Saint Mangouste. Ma mère quand elle reste dans notre demeure et c'est elle qui s'occupe de mon éducation.
FRÈRES & SŒURS : Je suis fils unique, mais j'ai deux cousines que je considère comme mes sœurs : Festina et Alyséa.
DESCENDANCE : Aucune pour l'instant.AUTRES : Un chat chartreux qui s'appelle Poséidon.
.

RACONTE TON PASSE


Je suis le fruit de l’amour entre Mathias et Susan. Mon père appartient à la grande famille de sorcier pur sang, Applewood, une grande famille noble écossaise, mais mon père n’a aucun pouvoir au sein de sa famille, il n’y a que son nom qui lui donne une certaine autorité. Il est donc devenu médecin et médicomage, il travaille au sein de l’hôpital Saint Mangouste, mais il lui arrive de soigner des moldus qui n’ont pas les moyens d’aller voir un médecin puis mon père a toujours été intéressé par les moldus et tout particulièrement de leur façon soigner leur malade sans aucune magie, cette « passion » lui a valu de fortes critiques de la part de sa famille et c’est durant un voyage en France où il devait assisté à une conférence sur les dernières avancées de la médecine moldu qu’il la rencontrait, ma mère. C’était une toute jeune femme à l’époque elle venait d’avoir ses dix-sept ans et mon père était plus proche de la trentaine et de la vingtaine, elle appartenait à la famille De Jouslard, une riche famille française de sang pur qui avait construit leur fortune grâce à balai magique. Ils s’étaient rencontré après la conférence durant le buffet, mon père m’avait raconté qu’il l’avait remarqué au milieu d’une dizaine de jeunes filles, il ne voyait qu’elle, un vrai coup de foudre. Il l’avait invité à boire un verre et « la magie » de l’amour avait opérée. Deux ans plus tard il était marié et un an après je suis venu au monde, le 17 avril 1487. Ils m’ont donné trois prénoms, Keith le prénom du frère de Susan, Mathias comme mon père et Ethan un des nombreux illustre ancêtre de la famille Applewood.

Ensuite il a eu la question de mon éducation, ma famille voulait que je sois suivi des professeurs qui’elle connait bien, mais ma mère avait refusé et elle s’était donc chargé de mon éducation à A à Z. Elle voulait faire de moi le parfait petit sang pur et elle a plutôt réussi son coup selon moi. Dès mon plus jeune âge j’occupais mes journées entre les cours théoriques de tout type, cela allait de la langue – l’anglais et le français, ma mère tenait absolument que je sache parler sa langue naturelle aussi bien que l’anglais – de l’histoire magique, l’histoire de mes deux familles, le solfège, ma mère disait toujours « un homme de bonne famille à pour devoir d’apprendre à jouer d’un instrument et de savoir lire une partition. » Tout cela ne me dérangeait pas au contraire j’appréciait les cours théoriques, j’étais assez assidu, curieux de nature et j’apprenais assez rapidement, sur ce point ma mère était totalement satisfaite. C’était un autre aspect de mon éducation où j’avais plus de mal : la pratique. Malgré le fait que je sois ambidextre je n’étais pas très habile baguette en main ou avec une épée, la théorique s’était facile, mais pour faire la transition avec le manuel, ce n’était pas ma tasse de thé. Ma mère s’était arraché plus de trois cheveux en essayant de m’apprendre à lancer des sorts ou à exécuter des parades lors des duels à l’épée. Au niveau pratique j’étais plutôt doué pour monter à cheval, j’appréciais ses moments et je les aime toujours d’ailleurs.
A partir de l’âge de dix ans, j’ai commencé à me prendre en main tout seul, j’étudiais après les cours de ma mère, je poussais toujours plus loin mes recherches sur les sujets qu’elle m’apprenait ou d’autre sujets qu’elle n’avait jamais abordé, dès que je me posais une question je cherchais la réponse jusqu’à l’avoir trouver, je supporte très mal l’échec à ce niveau-là, j’estime que je suis assez intelligent pour que rien de théorique ne puisse me résister. C’était en perceverant que j’avais appris le latin.
Un autre aspect de ma personnalité aussi qui s’était développer, j’étais très maladroit et souvent dans mon monde, ma bulle, mon oxygène qui m’éloignait quelque heures de l’hormis présence de ma mère. Et cette maladresse m’avait joué quelque tours, le plus grave et le souvenir le plus traumatisant pour moi, c’était quand j’avais cassé un des vases de ma mère qui était un héritage de sa famille, un objet très précieux, je m’étais fait gronder, mais mon major d’homme également, elle lui rejetait la faute sur lui car j’étais un enfant et que son travail était de me surveiller. Elle l’avait renvoyé et l’obligeant à rembourser le vase qui valait une petite fortune je suppose. Je m’en étais sorti sans trop de blessure finalement et donc le soir avant d’aller me coucher – comme chaque soir d’ailleurs – Je suis allé à la bibliothèque de papa pour poursuivre mes investigations sur la découvert du monde et de tout ce qu’il l’entourait et s’est en passant devant la cuisine que je l’ai vu, le corps de mon major d’homme inerte avec une corde au bout. C’était horrible. Cette histoire m’avait hanté durant tout mon enfance et elle me hante encore, la culpabilité, voilà ce que je ressentais, je me sens coupable car s’était entièrement de ma faute. J’avais dix ans et j’allais sur mes onze ans. A partir de ce moment-là je me suis éloigné de ma mère, lui disant qu’elle m’avait suffisamment appris de choses et que j’étais en âge de me débrouiller tout seul, mon père avait approuvé, à défaut d’être très présent, il m’avait permis de prendre une petite liberté qui était immense pour moi à l’époque.
Petite liberté car mes parents avaient des projets pour moi et ça sans me demander mon avis, j’avais donc hérité d’une fiancée, une héritière d’une riche famille de chasseur, j’ignorais à l’époque qu’elle allait devenir mon premier amour. Car mise à part mes deux cousines Festina et Alyséa qui ont le même âge que moi et que je considère plus comme des sœurs, vu qu’on a été élevé presque ensemble. Je ne côtoyais pas d’autres enfants de mon âge, j’étais assez solitaire ou je préférais la compagnie des adultes avec qui je pouvais apprendre quelque chose. Je suis donc resté dans mon cocon familiale jusqu’à cette fameuse année, 1503. Ma mère avait eu vent de cette école où les jeunes sorciers suivaient de cours pour parfaire leur pouvoir. Pour moi c’était le rêve, un endroit rempli de magie, de secret à découvrir et grimoires qu’on ne trouve sûrement nulle part ailleurs. C’était avec une certaine excitation que j’avais accueilli la nouvelle et je voulais absolument avoir un entretien avec les fondateurs. Ma mère et mon père étaient d’accord, étant de haut rang je n’avais pas vraiment eu de difficulté à obtenir ses entretiens. C’était donc plein d’espoir et d’envie que je préparais mes valises pour partir à l’aventure. C’était ce moment là que ma mère avait choisi pour venir me parler : « Ecoute-moi bien, il y a quatre fondateurs qui dirigent cette école et qui possède chacun une maison. Je veux absolument que tu ailles dans celle de Serpentard, c’est le parrain de Lady Levinson. Je suis certain que cette maison te donnera suffisant le poids pour obtenir ton objectif ! Tu veux que je sois fière de toi et ton père le soit aussi, jeune homme ? »
Mon objectif ? Foutaise, c’était son objectif pas le mien ! En réalité ma mère voulait s’occuper de mon éducation pour que je devienne le plus parfait possible et que je puisse récupérer le statut d’héritier de la famille Applewood, car elle ne supporte pas d’avoir des personnes au dessus d’elle. C’était trop pour moi, je devais dire ce que j’avais sur le cœur maintenant, c’était le moment ou jamais. J’avais pris fermer ma valise et je lui avais fait face : « Que sachez-vous de mes objectifs, mère ? Je ne suis plus votre instrument maintenant, je choisirai ma propre voie et je ne la laisserai pas la choisir pour moi, vous m’entendez ? Je ne suis pas comme mon père, je ne vous laisserai pas choisir à la place mon destin… » J’avais fini ma phrase, mais cette impression de coupure venait du contact de la main de mère sur l’une des mes joues. C’était la première fois qu’elle portait la main sur moi, je restait stoique le tête légèrement sur le côté sous l’impact du coup, elle était sorti sans dire un mot d’un pas furieux, je ne l’ai pas revu avant mon départ pour cette fameuse école. Une nouvelle vie allait commencer pour moi.

.

MAGIQUEMENT VOTRE


BAGUETTE : Ma baguette est fait en bois de Sureau, possède comme cœur un Crin de licorne, elle mesure 27 cm et elle est assez flexible. BALAI : Je ne prends pas le temps de m'intéresser au balai, je sais juste que j'en ai un et qu'il fonctionne très bien.
COMPETENCES : Je suis un excellent cavalier, je peux écrire de la main droit mais également de la main gauche, je joue également du piano. J'ai un bon esprit stratégique, je suis plus une tête pensante qu'un magicien d'attaque j'ai donc quelque difficulté durant les duels magiques ou à main nu, je ne suis pas très doué à l'épée. Je parle français et anglais couramment, je comprends également le latin et je le pratique un peu.ÉPOUVANTARD : Un homme qui se pend...
.

DERRIERE L'ECRAN


AVATAR CHOISIXavier Samuel
AUTRE COMPTE ?Non
PERSONNAGE ISSU DE POSTE VACANT ?Il vient de mon cerveau tordu !
QUESTIONSPloupi *o*
COMMENT AVEZ-VU CONNU LE FORUM ?Facebook


Dernière édition par Keith M. Applewood le Mar 21 Aoû 2012 - 19:40, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Keith Applewood
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 01. Another study time with you {PV Keith}
» Randal Keith Orton.
» KEITH PARKINSON
» Bibliographie batailles / soldats / art
» [Résultats] WWE RAW Du 15/08/2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins of Poudlard :: Les Rouages Rudimentaires :: De vous à nous :: Oubliette des Fiches-
Sauter vers: