Hal W. Mason ¤ Born To Fight
Origins of Poudlard

Poudlard au temps des fondateurs
 
Genesis RPG  AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  Topsite  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
En décembre, le staff de "Genesis RPG"
vous donne rendez vous sur sa nouvelle création :

ONCE UPON A TIME RPG




Envolez-vous vers le NOUVEAU forum RPG sur "Once Upon a Time".
Embarquement sur le bâteau du capitaine Crochet prévu pour Décembre 2013 !

Et dès à présent, toutes les informations, réservation d'avatars, recrutement...
sur notre page facebook !!


~~~ Le plus important n'est pas combien de temps a duré un forum,
mais le plaisir qu'on a pris à y participer et les amis qu'on s'y est fait !

Depuis Mai 2005 : "Universal Stargate" - "Deathly Hallows RPG" -
"Celebrity Nous les Fans" - "Atlantis Univers" - "Avengers Now" -
"Deathly Hogwarts" - "X Men Reborn"...

Décembre 2013 : "Once Upon a Time". En route vers les 9 ans de
"Genesis RPG" ! ~~~

Partagez | 
 

 Hal W. Mason ¤ Born To Fight

Aller en bas 
AuteurMessage
Richard Mac Allister
Je suis un simple Citoyen du Royaume Magique
avatar

☆ Sorcier depuis : 20/08/2012
Masculin ☞ Age : 32
☆ Hiboux : 596

☆ Star : Chris Hemsworth

☆ Crédits : Mi

MessageSujet: Hal W. Mason ¤ Born To Fight   Mar 21 Aoû 2012 - 10:46







Un jour, tu comprendras
Se battre est une chose, combattre pour un idéal en est une autre.
SURNOMSHal
DATE DE NAISSANCE4 Janvier 1477 (26 ans)
LIEU DE NAISSANCEDemeure des Masons, Highlands, île de Skye
PROFESSIONChasseur, traqueur, tueur (au choix)
PARTICULARITÉOcclumens, en aucun cas légimens, c’est une quiche !
.

INTROSPECTION


PARENTS : Tom Andrew et Anna Elizabeth Mason. Deux personnes issues de famille de sang-pur et éduquées selon certaines valeurs. Aucune allégeance envers un quelconque Seigneur connu, à vrai dire, leur allégeance va à eux-mêmes et à ce qu’ils peuvent tirer d’autres « connaissances ». Ils sont surtout connus pour étant un célèbre couple de « mercenaires » ou plutôt dans les temps qui courent de redoutables guerriers offrant leurs services en fonction du prestige qu’ils peuvent en tirer. En autre. C’est ce qui fait la réputation de la famille.FRÈRES & SŒURS : Une petite sœur : Kyra Helen Mason, 15 ans, à Poudlard à Serpentard, une vraie petite peste !
DESCENDANCE : Il est pas fou ! Il profite encore de sa jeunesse.AUTRES : Un cheval, Erebeus ainsi qu’un Husky sibérien, noir et blanc appelé chaussette à cause de ses pattes blanches.
.

CARACTERE


A première vue, l’on pourrait dire qu’il a un caractère renfermé, peu sociable, mais c’est surtout au travers de l’éducation familiale, de l’étiquette à retranscrire aux autres que cela provient. Il faut garder une certaine allure en présence des autres pour éviter de se faire démasquer. Ce n’est pas un mauvais bougre, il suffit de voir les divers frasques qu’il a pu faire dans son enfance, mais les premières impressions plutôt glaciales qu’il fait, rebutent les gens à voir plus loin que le caractère renfermé – à priori – du garçon. Mais bon, il trouve toujours moyen de montrer une autre facette de lui-même dans des endroits moins distingués.
.

APPARENCE


Physique : D’une taille d’environ 1m86, fin, élancé, mais pour autant il n’est pas maigre. Une musculature fine lui permettant d’avoir une meilleure souplesse et rapidité que d’autre suite à l’éducation parentale. Des cheveux bruns, corbeaux, des yeux marrons, une gueule d’ange, hérité du côté de sa mère, même si tout ceci n’est qu’une façade au final, pas mal pour tromper l’ennemi. Athlétique sans avoir l’air d’un monstre, il allie puissance et souplesse.

Psychologique : Peu expressif, gardant ses sentiments pour lui, son visage le plus souvent glacial à première vue, peut en désarçonner plus d’un, mais c’est un joyeux drille si on ne le cherche pas. Sa famille passe avant tout, et l’honneur de sa famille également, pour le reste, à vous de découvrir ce qu’il cache derrière ce visage d’ange, bien que cela ne reste qu’un visage.
.

RACONTE TON PASSE


Ou quand il faut bien pointer le bout de son nez !

    Tom Andrew et Anna Elizabeth Mason. Un couple utopique si l’on pouvait les classer. Deux personnes fortes, indépendantes, éduquées selon le principe de leurs familles qui perduraient depuis plusieurs générations. Deux jeunes de famille de sang pur. Qui aurait pensé qu’ils étaient destinés à se rencontrer ? Personne ou alors une bonne bataille peut-être. Tous les deux avaient gagnés leurs propres « galons » durant les combats des dernières années, chacun à sa manière. Autant le premier était un fier défenseur de l’utilisation de la magie, et de la confrontation du métal, autant la seconde préférait la méthode des poisons et de l’art de l’archerie. Deux personnes bien distinctes du côté de la personnalité, mais deux personnes qui se trouvèrent.

    Leur mariage ne parut surprendre personne dans l’entourage des deux familles, comme si elles savaient que cela arriverait. Le destin diront nous, ou plutôt c’était prévu mais les jeunes avaient été plus rapides que les accords passaient entre les familles Mason et McGregor.

    Et comme une nouvelle ne pouvait venir jamais seule, la voilà qu’elle tombe enceinte à peine quelques mois après le mariage – des chauds lapins ces deux-là – et la délivrance arriva neuf mois après avec la naissance, en ce début d’année 1477, d’un garçon ressemblant étrangement plus à sa mère au niveau du visage que de son père, bien que les yeux et la couleur des cheveux étaient typiques de la famille des Mason.

Ou un gosse finalement, ce n’est pas un cadeau

    Qui a dis qu’avoir un enfant était le plus beau cadeau du monde ? Certainement pas Lord et Lady Mason. C’était un travail fastidieux, de tous les jours, surtout avec une marmaille qui braillait à tout casser. Fort heureusement que tout cela n’allait pas durer. Il allait grandir, s’assagir – on y croyait dur comme fer ! – et on ne l’entendrait plus crier à tout va. C’était ce que les Mason se disaient en fin de compte. Mais raconter les premiers mois, la première année de la vie d’Hal William Mason ce n’était pas vraiment le plus intéressant n’est-ce pas ? Passons plutôt aux années suivantes. Les années charnières.

    Les années au cours de laquelle, on apprit finalement à marcher, à parler, même si les premiers mots n’étaient jamais corrects, mais il faut un début à tout, on ne naissait pas surdoué ou Einstein après tout – quoique, celui-ci n’était pas encore né tiens ! – et bien sur avec tout cela, les leçons commencèrent. Leçons prodiguées exclusivement par sa mère, Lady Anna, c’était elle qui prit en charge l’éducation de son fils, en tout cas au niveau du langage, de la bienséance, de l’histoire, de la lecture, de l’écriture et des leçons diverses et variées. A vrai dire, son père bien que l’aimant, ne s’occupait pas de lui pour l’instant. Comme il l’avait dis un jour :

    « Le jour ou je le sentirais prêt, je ferais de lui un homme, en attendant, qu’il s’enrichisse par tes qualités d’éducatrice »

    Ce qui voulait tout dire. C’est ainsi que les premières années de sa vie, il s’agissait surtout d’apprendre, de lire et surtout de retenir chaque leçon, au risque de devoir subir les foudres de sa mère qui bien que l’aimant, elle n’en était pas moins stricte et sévère. Après tout, la punition d’hacher, de malaxer, d’écrabouiller des ingrédients au milieu de chaudrons fumants dans le laboratoire de sa mère, ce n’était pas vraiment le genre de loisirs qu’il préférait. Au moins cela lui permettait d’améliorer ses capacités en potion, capacités qui frisaient le zéro absolu. Il n’avait pas hérité du talent de sa mère en tout cas pour cela.

    Ce n’est que vers l’âge de cinq/six ans que son père le prit finalement à part.

    «Mon Garçon, il est temps. »
    «Temps pour quoi Père ? »
    «Pour t’entraîner à devenir un homme mon fils. »

    On ne pouvait pas dire qu’il était plus avancé que cela n’est-ce pas ? A vrai dire, il fut rapidement mis à l’épreuve. Combat à mains nues, entrainement à l’arme blanche – bien que pour l’instant pour son âge, il s’agissait de petites épées en bois, on le voyait mal soulever une épée faite en acier trempé –archerie, monter à cheval, un régime draconien en fin de compte. Sans oublier les leçons sur la magie et le reste. Certes à son âge, pour l’instant, il ne possédait pas encore de baguette vous me direz, mais tout ce qui était pris maintenant, n’était pas à prendre plus tard.

    Le problème, c’était surtout qu’il avait hérité de son père, doué au combat à l’arme blanche, à mains nues, mais le tir à l’arc, il ne fallait pas rester dans les environs. Souvent les flèches finissaient bien loin de la cible. D’ailleurs l’un de leur domestique – Alfred - en avait subi les conséquences. Il avait encore mal à ses fesses. Pauvre Alfred.

    En fait, il était plus doué pour tout ce qui concernait les affrontements directs, et quand bien même, il ne rechignait pas sur les potions de sa mère, les confectionner, ce n’était pas vraiment sa tasse de hé. Non mais franchement, il avait la tête de la ménagère de service ? Enfin toujours est-il que jusqu’à ses onze ans, les années passèrent de la sorte. Tout du moins quand ses parents étaient dans les environs et pas en mission commandée. Et dans ses cas-là, la bibliothèque de la demeure familiale était suffisante pour lui faire oublier qu’il était seul avec les domestiques.

    Sa onzième année, magnifique année, en partie seulement, l’année ou finalement il put avoir sa propre baguette, Chêne avec en son cœur un ventricule de dragon, rien que de l’avoir, il se sentit enfin complet. Enfin une bonne nouvelle. Mais souvent avec la bonne nouvelle, vint la mauvaise. L’arrivée de sa sœur, sa petite sœur, Kyra. Ah bien sur, au début, tout allait très bien vous me direz, mais la gamine avait hérité de sa mère la plupart des traits, et il sentait que la bataille allait vite être perdue. Il allait devoir la subir ! Oh tristesse ! Oh désespoir ! Bref.

    Mais revenons à cette année-là, après tout, vu que sa mère était occupée avec sa jeune sœur, il avait toute l’attention de son père, et surtout il avait le droit à toutes ses leçons. Notamment sur la magie. Car c’était bien beau de lire des livres, d’emmagasiner des connaissances, mais c’est en forgeant que l’on devient forgeron, et donc en pratiquant qu’on devient capable d’exécuter ce qu’il avait comme connaissances. D’ailleurs, l’une des premières choses que son père lui apprit concernait la magie en général.

    «La magie est comme une épée, un outil entre tes mains. Il n’y a pas de mal, pas de bien, pas de magie blanche, ou de magie noire, il n’y a que l’utilisateur qui décide, qui a le choix. »
    «Mais comment savoir Père ? »
    «Tu comprendras quand tu seras un homme fils ! »

    C’est sur qu’à onze ans, il allait être difficile de tout comprendre d’un seul coup ! Ces jeunes de nos jours !

Ou les hormones partent en vrille

    Mais passons aux années les plus intéressantes, quand finalement, il était temps de grandir, d’avoir du poil au menton, de s’intéresser aux filles et ou l’on commençait doucement à devenir quelqu’un, un jeune homme. Il faut dire que les années entre 1488 et 1495 furent les plus éprouvantes physiques, mentalement et magiquement pour lui. C’était les années d’apprentissage auprès de ses parents. Enfin surtout avec son père. Ils avaient remarqué ses capacités dans certains domaines, et ses lacunes. Pour cela qu’il travaillait surtout avec son père, quand celui-ci était présent.

    Les jours se suivaient et se ressemblaient après tout. Le matin était souvent le meilleur moment pour tout ce qui était entrainement physique, aussi bien l’épée – on en avait fini avec l’épée en bois – que le cheval ou à mains nues, l’après-midi était consacré essentiellement à la magie, à la manière de la modeler, de la dompter, de l’apprivoiser et surtout de savoir en faire le bon usage. Sans oublier les cours de sa mère concernant le maintien en société, la bienséance, il fallait savoir rester distingué malgré tout même si on se destinait à un avenir rempli de batailles et de sang séché sur les mains. D’ailleurs, une des leçons primaires que son père lui enseigna, fut notamment de garder canaliser ses émotions, de savoir fermer son esprit.

    Et au vu de la période qu’il traversait, nul doute que cela ne fut pas facile avec les hormones bouillantes, le corps qui changeait, les envies subites du moment – tout le monde voit de quoi on parle hein ? Non pas de l’alcool – rien que de se rappeler de la première leçon d’Occlumentie, cela lui fit froid dans le dos et surtout lui rappela de bien mauvais souvenirs.

    « Fils, tu vas apprendre à fermer ton esprit »
    « Comment Père ? »
    « Comme ceci, Legimens ! »

    Sur que comme cela, il avait appris. Son esprit était une vraie passoire et nul doute que son père n’en fit qu’une bouchée. Et le mal de crâne qui arriva par la suite ne fut pas meilleur. Son père ne lui avait jamais donné aucune indication, à lui de trouver comment faire. Les premières leçons furent des pures humiliations, mais cela le poussa à travailler d’arrache pied pour y arriver. Ah, on ne put dire que cela fonctionna en deux temps trois mouvements, il fallut même quelques années pour y arriver, mais il y parvint à force de volonté, d’entraînement. C’était comme le reste, c’était à lui de faire le maximum, son père ne faisait que lui montrer la voie.

    Et entre tout cela, comment voulez-vous qu’il puisse arriver à supporter sa petite sœur ? Non parce que pendant sept ans, on put dire que celle-ci grandit, et surtout qu’elle lui mena la vie impossible. Bien sur, ils s’entendaient comme chien et chat, mais malgré tout, ils savaient toujours compter l’un sur l’autre en cas de problème. Il suffisait de voir que visiblement sa sœur était plus douée en potions que pour les combats rapprochés. A eux deux, nul doute qu’ils firent trembler la demeure, quand ils étaient en forme.

    Tout cela pour dire, qu’au final, ces sept années ne furent pas du tout de tout repos. Mais cela en valait la peine. Il se devait de se montrer à la hauteur des attentes de sa famille, sans oublier du point de vue de la renommée de sa famille. Il ne pouvait les décevoir. Il parvint à devenir un jeune homme, capable de sa battre autant à l’épée que par la magie, mais l’apprentissage ne s’arrêtait pas là.

Ou finalement grandir est un long chemin parsemé d’embûches

    Dix huit ans, un âge un peu spécial chez les Masons. Un cap qui était franchi mais surtout l’heure pour l’héritier de la famille de faire ses preuves, car l’apprentissage continuait souvent au travers d’expériences propres à nous-mêmes et pas seulement au travers de celles des autres. Il n’y avait pas de grandiloquence, pas d’adieu larmoyant, rien, tout restait sobre. Il n’y avait qu’un petit rituel familial qui était fait le jour de son anniversaire.

    «Fils, il est temps pour toi de faire tes propres expériences »
    «Oui Père. »
    «Mais avant cela, comme le veut la tradition, il est temps pour toi de l’obtenir, chaque membre de la famille s’est vu forger sa propre épée, c’est à ton tour désormais de pérenniser la tradition familiale. »

    [i]Il se demandait bien de quoi parler son père. Bon d’accord, en venant dans une forge, nul doute qu’il s’agissait d’acquérir sa propre épée, mais est-ce qu’il y avait quelque chose de particulier à faire ? Visiblement oui, en tout cas, il suivit les consignes à la lettre de son père. A vrai dire, bien qu’il était coutume dans les Highlands d’avoir une épée à deux mains, il préférait en avoir une à une main, plus maniable, et comme cela, cela lui laissait une main de libre pour la baguette. Toujours est-il que la tradition voulait seulement qu’il imprègne la fusée de son sang, pour la faire sienne. Les armoiries de la famille Mason déjà présentes sur cette fusée, il ne restait plus qu’à la lier à lui et à lui seul. Comme une sorte d’identification génétique.

    Ce n’était qu’un rite initiatique en quelque sorte, un passage obligé. La suite fut bien plus intéressante. Durant les sept ans qui suivirent, de 1495 à 1502, il voyagea, à travers le monde, n’emportant avec lui que le strict nécessaire, ainsi que Chaussette. Il voulait se faire un nom par lui-même. Et quand bien même son nom était renommé, ce n’était pas pour lui, mais pour ce qui avait été fait avant lui. Bien qu’étant également un sorcier, il se retrouva mêlé aux guerres d’Italie, notamment la première, jusqu’en 149 7, guerre entre italiens et français, de vrais boucheries, le sang qui giclait entre deux coupes, les gorges tranchées, les estomacs qui se vidaient à même le sol. Il n’y avait pas été préparé psychologiquement même s’il en avait subi les récits. Là tout était différent. C’était peut-être ce qu’on appelait grandir, voir le monde tel qu’il était vraiment.

    Par la suite, il voyagea, passant à travers les Empires, les Etats, apprenant de nouvelles choses, de nouvelles techniques, appréciant certains côtés de la vie des autres peuples, découvrant d’autres méthodes pour la magie. Nul doute qu’il apprit beaucoup durant ces voyages, mais qu’également il vit le monde autrement qu’au travers du domaine familial. Il garda malgré tout contact avec sa famille, peut-être pour cela qu’en 1503, le voilà de retour en Angleterre, chez lui, notamment car sa sœur partait pour une école de magie dont il venait d’apprendre l’existence. Il doutait de ce que cela pouvait donner, mais si c’était la volonté de ses parents, il ne pourrait aller contre, mais il garderait un œil sur sa sœur, tout en continuant son œuvre. Qui sait vers ou son chemin le mènera.
.

MAGIQUEMENT VOTRE


BAGUETTE : Bois de Chêne avec comme cœur un ventricule de Dragon.
COMPETENCES : De part son éducation, il sait manier une épée, une baguette mais jusqu’à quel point, à vous de le découvrir. Par contre, une vraie quiche à l’arc. Il adore monter à cheval plutôt qu’en balai car le balai ça rentre dans le c***.ÉPOUVANTARD : Un bretzel grandeur nature qui essaye de le manger. Tout ceci dû à son enfance ou on essayait de le forcer à manger du bretzel et qu’il n’a jamais gagné la bataille du Bretzel hors de son assiette.
.

DERRIERE L'ECRAN


AVATAR CHOISIDrew Roy
AUTRE COMPTE ?Comme si j’avais que ça à faire ^^’
PERSONNAGE ISSU DE POSTE VACANT ?Non Monsieur
QUESTIONSOn verra en temps voulu
COMMENT AVEZ-VU CONNU LE FORUM ?J’ai reçu un mail

_________________

Lao-Tse a dis : Que celui qui parle à ses chaussons est vraiment le roi des C....


Dernière édition par Hal W. Mason le Mar 21 Aoû 2012 - 22:20, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Hal W. Mason ¤ Born To Fight
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Born to fight ft Ilkyu
» Jamaica struggles to fight crime
» Bite fight...
» Born to kill all lives...
» Davy Back Fight !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins of Poudlard :: Les Rouages Rudimentaires :: De vous à nous :: Oubliette des Fiches-
Sauter vers: