Cymaque. Ne jamais sous-estimer un sang-mêlé. [Terminé]
Origins of Poudlard

Poudlard au temps des fondateurs
 
Genesis RPG  AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  Topsite  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
En décembre, le staff de "Genesis RPG"
vous donne rendez vous sur sa nouvelle création :

ONCE UPON A TIME RPG




Envolez-vous vers le NOUVEAU forum RPG sur "Once Upon a Time".
Embarquement sur le bâteau du capitaine Crochet prévu pour Décembre 2013 !

Et dès à présent, toutes les informations, réservation d'avatars, recrutement...
sur notre page facebook !!


~~~ Le plus important n'est pas combien de temps a duré un forum,
mais le plaisir qu'on a pris à y participer et les amis qu'on s'y est fait !

Depuis Mai 2005 : "Universal Stargate" - "Deathly Hallows RPG" -
"Celebrity Nous les Fans" - "Atlantis Univers" - "Avengers Now" -
"Deathly Hogwarts" - "X Men Reborn"...

Décembre 2013 : "Once Upon a Time". En route vers les 9 ans de
"Genesis RPG" ! ~~~

Partagez | 
 

 Cymaque. Ne jamais sous-estimer un sang-mêlé. [Terminé]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Cymaque. Ne jamais sous-estimer un sang-mêlé. [Terminé]   Sam 25 Aoû 2012 - 17:58


17 ANS ☆ LONDRES ☆ SANG MÊLÉ ☆ ÉLÈVE Á POUDLARD


Cymaque Alceste Rosenbach.
FICHE FINIE


WITH. Ben Barnes

Ce qui me rend si spécial.
J'suis né à Londres il y a 17 ans. Je suis venu au monde dans la famille Rosenbach, qui est composé de sangs mêlé. Je suis d'origine anglaise, c'est là que je suis né, passionnant ? Sinon actuellement, je suis étudiant à Poudlard. En dehors de ça, je suis hétérosexuel avec des petits penchants bisexuel mais je l'assume parfaitement, d'ailleurs en ce moment je suis totalement célibataire, ça gène quelqu'un? On m'as souvent dit que j'avais quelques particularités, comme avoir le plus beau visage d'Angleterre.


Je suis lunatique, pas vous ?
Dernier enfant Rosenbach, il est le seul de ses frères et soeurs à être un sorcier ☆ Ne ressemble physiquement pas au reste de sa famille ☆ A vécut une enfance heureuse même si le manque d'argent s'est fait ressentir ☆ N'est pas à Poudlard de sa propre volonté mais maintenant qu'il y est, il a décidé d'en profiter ☆ Collectionne les relations avec les filles ... et les garçons.

☆ PÈRE CASTOR, RACONTE NOUS UNE HISTOIRE.

Dans un dernier cri, une femme mettait au monde son onzième et dernier enfant. Un petit garçon voyait pour la première fois le monde mais déjà il était entouré de tous ses frères et sœurs. Cymaque Rosenbach … C’était le deuxième jour de l’année 1486 qu’il naquit. Ce n’était pas un enfant désiré car il avait déjà de nombreux frères mais un enfant aimé malgré tout. Ses parents n’étaient pas très riches, voir même pauvres, mais ils aimaient tous les enfants qu’ils avaient eus et ça même si ça commençait à en faire beaucoup. Les parents de Cymaque s’étaient rencontrés grâce à des amis en commun et ça avait été le coup de foudre. Ses parents étaient totalement contre cette union car elle était d’un rang plus élevé que lui et ils n’allaient pas donner une de leur fille à un simple représentant du peuple après tout. La jeune fille qui avait avoir dix-sept avait dut fuir avec l’homme de sa vie pour que leur histoire d’amour puisse perdurer, loin des parents de la future épouse. Rapidement celle-ci était tombée enceinte et avait eut des jumeaux, un garçon et une fille. Puis d’autres enfants arrivèrent, des triplés et un autre couple de jumeau. Seuls trois enfants n’avaient pas de frère jumeau/sœur jumelle et Cymaque faisait partie de ses trois enfants. Il était né seul et sans que personne ne le sache, il était le dernier de sa famille. La maison, quand tout le monde était là, était vraiment bruyante et pleine à craquée mais les Rosenbach n’avaient pas les moyens d’acheter une maison plus grande donc ils devaient attendre. Les plus grands approchaient à grand pas de l’âge où ils pourraient être mariés donc la maison se viderait dans quelques années de la plus part des descendants Rosenbach. Mais en attendant, toute la famille était les uns sur les autres. La venue de Cymaque n’allait pas changer quelque chose à ça de toute manière. Dès ses premières minutes, le petit garçon fut choyé par toute sa famille dont ses frères et sœurs sauf quelques uns mais soit. Presque toutes ses sœurs voulaient l’avoir dans ses bras, jouer avec et comme ça arrangeait leur mère, elles avaient la possibilité de le faire. Le bébé grandissait alors dans un climat d’amour et d’attention perpétuel. Ce n’était pas l’amour qui manquait dans la famille mais l’argent et la nourriture. Même avec les revenus en plus de ses ainés, Cymaque n’a pas put avoir beaucoup de choses à manger, de nouveaux jouets et ce que d’autres enfants riches auraient put bénéficier sans retenue. Mais il était heureux et c’était le minimum.

Grandissant correctement malgré les manques qu’il devait supporter, Cymaque était devenu un petit garçon joyeux et souriant. Il aimait plus que tout jouer avec ses frères qui n’avaient que trois de différence avec lui. On pouvait le voir courir après eux durant des heures. Même quand il avait cinq ans, ses sœurs avaient encore envie de s’occuper de lui durant des heures malgré le dur travail qu’elle devait faire pour aider leurs parents. Mais voir Cymaque sourire ou l’entendre rire arrivaient à remonter le morale de tout le monde, sa famille et proche de la famille comme voisins. On remarquait déjà qu’il avait hérité d’un beau visage, enfin pour de vrai on remarquait surtout ses yeux puis son visage. Ses yeux étaient d’un brun si foncé qu’on imaginait qu’il avait les yeux noirs. Il était le seul de ses frères et sœurs à détenir de pareils yeux car ils avaient tous des yeux bleus avec des touches de verts et pareil pour ses cheveux, il avait les cheveux noirs et le reste de la fratrie châtain clair presque blond. De nombreuses fois, on s’était demandé s’il était vraiment un des descendants Rosenbach mais rien ne prouvait le contraire donc tous s’habituait au fait qu’il ne ressemble pas aux autres de ses frères et sœurs. En grandissant une autre différence s’était imposée entre Cymaque et le reste des siens en dehors de sa mère, il était un sorcier. C’était alors qu’il jouait dehors que ses pouvoirs s’étaient manifestés. En regardant trop fixement et longtemps un tas de blé plus loin, il avait eut la surprise de le voir s’élever sans aucune aide extérieure. Si sa mère n’avait pas été dehors à ce moment là, à travailler dans leur jardin, jamais il n’avait deviné ce qu’il venait de faire.

Comme sa mère, Cymaque était un sorcier. Seul son père était au courant de l’existence de la magie de sa femme et jamais ça ne l’avait gêné. Sa femme était une sorcière et quoi ? Ils s’aimaient plus que tout et rien n’y changera quelque chose. Il prenait la nouvelle des pouvoirs de son dernier fils étrangement bien car c’était son seul enfant qui avait hérité des pouvoirs de sa femme. Logiquement quand un des parents est un sorcier, les enfants donnés de cette union seront un sorcier. Mais dans ce cas, ce n’était pas arrivé. C’était comme si les frères et sœurs de Cymaque étaient des cracmols et que seul lui avait put hériter de pouvoir magique. En faite c’était la seule raison valide mais soit. Cymaque avait eut ordre de ne dire à quiconque qu’il était un sorcier sinon il risquait d’être tué et jamais il n’avait brisé cet ordre. Et ça même les années passants. Quand il avait douze ans, toutes les filles qu’il connaissait craquaient pour lui et il aimait bien ça. Se sentir désirer à seulement douze ans par des filles parfois plus vieilles est quelque chose qu’on ne pouvait qu’apprécier. Ayant un bon petit tas de frères plus vieux, Cymaque avait grandit vite niveau sexualité et ce qui y touchait. Depuis sa naissance il était beau donc ce n’était pas aujourd’hui que ça allait changer. Même ses parents devaient reconnaitre qu’il l’était, plus que leurs autres enfants même. Il émanait une aura de mystère de sa personne et personne n’y était insensible. Ayant douze ans, il était enfin en âge d’aller aider le reste de sa famille dans les champs où ils travaillaient. Le travail était difficile mais c’était nécessaire pour gagner assez d’argent pour nous les enfants qu’il restait. Même après le travail dans les champs, Cymaque n’avait pas beaucoup l’occasion de jouer car sa mère avait insisté pour lui apprendre la magie. La magie qu’on lui avait apprise. Cymaque avait commencé ses cours un peu particulier à partir de ses huit ans et même s’il se débrouillait, on n’avait pas de mal à avoir qu’il avait du mal parfois. Mais les années passants, les difficultés disparurent doucement tandis qu’il s’habituait de plus en plus à la magie. Il devait se forcer de ne rien dire à ses frères et sœurs concernant ses pouvoirs tellement il était fier quand il arrivait à faire de vrais progrès.

Alors qu’il avait seize ans et que ses connaissances de la magie étaient présentes mais pas aussi poussée que d’autres enfants sorciers de son âge, il rencontrait avec sa mère pour la première fois sa famille du côté maternelle. Celle-ci avait été heureuse de savoir qu’un de leurs petits enfants avait des pouvoirs qu’elle en oubliait sa haine pour la mère de Cymaque … enfin un peu. Ils acceptaient même de donner de l’argent pour aider leur fille à une seule condition, que leur petit fils reste avec eux durant la période de six mois. Celui-ci n’était pas franchement enchanté car il avait une vie chez lui et rester avec ses grands-parents qu’il avait apprit à détester n’était pas une chose qu’il acceptait bien. Mais pour le bien de sa famille, de sa mère il acceptait en sachant pertinemment que ça voulait dire la fin de sa relation avec son actuel petite amie. Les semaines et les premiers mois passent. Le niveau magique de Cymaque augmente mais pas autant que l’espérait ses grands-parents mais c’était déjà ça. Les mois continuaient de passer et alors que la dernière ligne droite de sa vie avec ses grands-parents finissait, il apprenait avec surprise qu’une école pour sorcier venait d’ouvrir et qu’il allait pouvoir y aller s’il y était accepté par le fondateur qu’il allait rencontrer. C’était presque de force que ses grands-parents l’obligeaient à aller à l’entrevue d’où il en sortit accepter à Poudlard et dans la maison de Gryffondor. Tous s’enchainaient et sans que Cymaque ne puisse faire quoi que ce soit, il se trouvait à Poudlard. Même si la décision de ses grands-parents lui restait en travers la gorge, il devait accepter de rester à Poudlard où il était en cinquième année parce que ses connaissances n’étaient pas supérieurs.



INTROSPECTION

☆PARENTS : C'est par amour que les parents de Cymaque se sont mariés car l'argent n'a jamais été très important dans leur famille respective. On peut même dire qu'il était pauvre. Ils s'étaient rencontrés par des amis en commun et c'était un coup de foudre qui les avait réunit sans jamais qu'un jour, ils ne les se séparent et ça même quand elle lui a avoué être une sorcière.

☆DESCENDANCE : Il a eut une erreur, un fils, mais il n'est pas au courant de sa paternité.

☆FRÈRES & SŒURS : Petit dernier de sa famille, Cymaque a 10 frères et soeurs. Autant dire qu'il ne s'est jamais ennuyé avec eux. Pourtant il est le seul à avoir hérité de la magie de sa mère.

☆AUTRES : Il a une chouette, cadeau de sa mère.

MAGIQUEMENT VOTRE

☆ÉPOUVANTARD : Les corps de sa famille en sang sous ses yeux

☆BAGUETTE : 31 cm de Châtaignier avec des Cheveux de Vélane

☆ COMPETENCES : Savoir se battre et monter à cheval est le minimum du savoir du simple peuple anglais donc Cymaque sait parfaitement le faire.



☆ AUTRE COMPTE : Haha Rowena
☆ PERSONNAGE INVENTÉ OU ISSU DE POSTE VACANT : Inventé pardi Maugrey
☆ COMMENT AVEZ-VU CONNU LE FORUM : Pattenrond
☆ QUESTIONS : Seb ... tu m'accordes une danse? Arthur Queudver
☆ LE PETIT MOT DE LA FIN : Vous avez trouvé qui je suis? Tonks

MY NAME IS MÈRE THÉRÈSA



(c). Festina alias Caroline


Dernière édition par Cymaque A. Rosenbach le Lun 27 Aoû 2012 - 1:23, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
Cymaque. Ne jamais sous-estimer un sang-mêlé. [Terminé]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SCC ; Ne jamais sous estimer son adversaire |pv. Cha & Norim
» Ne jamais sous estimer un potentiel adversaire. [terminé]
» HOPKINS, ABEL ▬ Il ne faut jamais sous estimer le caractère prévisible de la bêtise humaine.
» ↣ il ne faut jamais sous estimer le caractère prévisible de la bêtise humaine
» Il ne faut jamais sous estimer plus petit que soi. [Deino Silcen & L'ilne]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins of Poudlard :: Les Rouages Rudimentaires :: De vous à nous :: Oubliette des Fiches-
Sauter vers: